La menuiserie : Chronique d'une fermeture annoncée de Aurel

La menuiserie : Chronique d'une fermeture annoncée de Aurel

Catégorie(s) : Bande dessinée => Divers

Critiqué par Blue Boy, le 31 mars 2018 (Saint-Denis, Inscrit le 28 janvier 2008, - ans)
La note : 7 étoiles
Visites : 1 144 

Les fenêtres à la porte

L’auteur est revenu dans le village qui l’a vu grandir, où son père dirige la menuiserie familiale. Bientôt en retraite, celui-ci aimerait qu’il reprenne l’entreprise, qui ne trouve pas de repreneur. Mais Aurel a choisi une autre voie en devenant dessinateur de presse. Ainsi, la question se pose de savoir comment gérer cette délicate phase de transition. Les ouvriers pourraient-ils reprendre eux-mêmes la PME au lieu de devoir chercher du travail ailleurs et de vendre les machines ?

« La menuiserie s’était transmise de père en fils depuis 4 générations. Mon père prendra sa retraite dans quatre ans. Je suis dessinateur de presse. Ma sœur, physicienne. Je serai le fils qui ne reprendra pas… ». Au début du livre, ce constat purement factuel de l’auteur sonne comme un aveu, peut-être difficile à énoncer mais au final totalement assumé.

En concevant « La Menuiserie », Aurel est donc revenu à la source : le village où il a grandi. Adoptant un mode narratif qui rappelle beaucoup certaines productions d’Etienne Davodeau, l’ « enfant du pays parti à la ville » a interrogé ses proches, ainsi que les employés et collaborateurs de l’entreprise, actuels et anciens, et, après avoir consigné leurs propos, a décidé de les mettre en images.

A travers leurs mots, on perçoit la complexité des enjeux liés à la modernisation des produits (en l’occurrence les fenêtres comme cela est évoqué dans l’ouvrage) et à l’évolution des modes de vie. Mais ce sont d’autres thèmes plus vastes qui apparaissent également en filigrane : la mondialisation économique qui fait du tort aux petites fabriques locales, détentrices d’un savoir faire qui ne saurait faire le poids face à des pays où la main d’œuvre est si bon marché que l’on pourrait presque parler d’esclavage. C’est aussi de l’affrontement du monde nouveau et de l’ancien dont il est question, avec pour corollaire la désertification des campagnes au profit des villes. D’une certaine manière, ces gens s’efforçant de vivre au pays tout en y travaillant sont devenus des résistants à leur insu, nous obligeant à une prise de conscience sur nos choix de vie actuels, lesquels auront forcément un impact sur les générations futures.

Aurel a mené son projet avec humilité et sans esbroufe, de façon très humaine et à mille lieues de l’ironie pratiquée quand il aborde la politique en tant que dessinateur de presse. Si ce livre peut apparaître au départ comme une sorte d’excuse vis-à-vis de ses parents, grands-parents et ancêtres, de n’avoir pas repris l’entreprise familiale, il se transforme au fil des pages en un hommage plein de tendresse, ne serait-ce que par les recettes de sa grand-mère qui viennent régulièrement entrecouper les chapitres de l’ouvrage, où les très beaux lavis noir et blanc représentant son Ardèche natale.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La menuiserie [Texte imprimé], chronique d'une fermeture annoncée un récit écrit et dessiné par Aurel
    de Aurel,
    Futuropolis
    ISBN : 9782754814263 ; EUR 19,90 ; 10/03/2016 ; 136 p. ; Album
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: La menuiserie : Chronique d'une fermeture annoncée

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La menuiserie : Chronique d'une fermeture annoncée".