Virgile, notre vigie
de Xavier Darcos

critiqué par Colen8, le 28 mars 2018
( - 78 ans)


La note:  étoiles
Toujours actuel
Reconnu d’emblée pour son talent dès l’écriture des Bucoliques confirmé par celle des Géorgiques, Virgile compose l’Enéide à la gloire d’Auguste auto-promu « imperator » en 27 av. J.C. Inspiré par Homère dont il reprend une partie des personnages quelque huit siècles plus tard il construit une œuvre poétique majeure en douze livres, qui ne cessera d’inspirer la culture européenne au fil des siècles à commencer par Dante. En filigrane de ce poème épique mais aussi lyrique, humaniste et sensible qui retrace les heurs et malheurs du demi-dieu Enée fils de Vénus et d’Anchise s’entrecroisent plusieurs récits. Entre la chute de Troie obligeant Enée à la fuite avec ses Pénates et la fondation après moult péripéties d’Albe la Blanche préfigurant celle de Rome par les jumeaux Remus et Romulus, Virgile se livre à un exercice de haute volée consistant à écrire l’histoire passée, présente et à venir d’une Rome apaisée après les tumultes et guerres civiles dont elle a fini par s’extraire pour imposer la Pax Romana à l’ensemble du monde latin.
Xavier Darcos met son érudition et sa passion d’ancien enseignant à faire revivre la vie et l’œuvre de Virgile en qui il voit un précurseur politique. A l’aide d’innombrables extraits il fait ressortir la beauté simple de ses vers sortis du carcan alexandrin et met en exergue la proximité de la pensée virgilienne avec les questions contemporaines de protection de la nature, de vie frugale ou d’agriculture raisonnée.