Attends-moi au ciel, capitaine
de Jorge Enrique Botero

critiqué par Pucksimberg, le 26 mars 2018
(Toulon - 39 ans)


La note:  étoiles
Une histoire d'amour sur fond d'homosexualité et de guérilla colombienne
Manzana est un jeune gay plutôt libéré qui côtoie le monde de la nuit au grand dam de son père ! Evidemment ce dernier ne voit pas les choses de la même manière et le fait enrôler dans l'armée afin qu'il devienne un homme, un vrai. On ne peut pas dire qu'il soit d'une agilité remarquable dans le domaine militaire et le sort semble s'acharner. Lui et son groupe se retrouvent prisonniers des FARC. Les choses se compliquent et tout est exacerbé. Il essuyait déjà remarques désobligeantes et actes répréhensibles, le voilà dans un lieu plus confiné où les secrets sont difficiles à conserver. Il tombe sous le charme de son capitaine malgré le contexte peu propice à l'éclosion d'un amour.
Parallèlement à cette histoire, le lecteur suit Fuentes, un journaliste novice, qui souhaite faire un reportage sur un jeune homosexuel qui durant sa détention aurait eu une histoire d'amour avec un gradé. Il part donc rencontrer les FARC et mener son enquête.

Jorge Enrique Botero est écrivain mais a été aussi journaliste, spécialisé dans les FARC. Autant dire que les atmosphères sont très bien rendues, tout comme le fonctionnement de ces forces armées révolutionnaires. On suit ce Fuentes dans ses démarches, on le voit s'enfoncer dans un cadre naturel sauvage et reculé. L'auteur précise en exergue de son roman que le récit est inspiré d'une véritable histoire. Il l'a tout de même romancée et adaptée aux besoins narratifs.

A cet univers viril, militaire et hiérarchisé s'ajoute Manzana, personnage efféminé, extraverti et charnel qui contraste dans cet univers codifié et masculin. L'auteur aurait pu choisir un personnage gay discret, ce n'est pas le cas ici. C'est un personnage qui s'assume et qui exprime toute sa démesure et sa féminité. La rencontre de ces deux mondes fait des étincelles, tout en brouillant les pistes en ce qui concerne le désir. Les choses ne sont pas si simples et tranchées dans ce roman.

Le roman se lit facilement et est rythmé. L'écriture de Botero n'est pas exceptionnelle mais a le mérite d'intriguer suffisamment le lecteur pour vouloir connaître la suite. Le roman est bien structuré et les événements sont assez bien menés et jouent parfois sur l'implicite. Le récit n'est pas totalement linéaire, mais ne perd pas pour autant son lecteur. L'auteur a aussi réussi à mêler des pointes d'humour à la gravité de certaines scènes avec habileté.

"Attends-moi au ciel, capitaine" est un roman original ancré dans un contexte bien défini qui parvient à emporter le lecteur même si l'on n'est pas forcément liés aux thématiques exploitées.