Le dernier jour d'un condamné suivi de Claude Gueux et de l'affaire Tapner
de Victor Hugo

critiqué par Henri Cachia, le 8 mars 2018
(LILLE - 56 ans)


La note:  étoiles
Peine de mort... Prison... Galère...
Cette édition rassemble trois textes majeurs directement liés au militantisme pour l'abolition de la peine de mort (1828, première édition du « Dernier jour d'un condamné ». Les éditeurs nous présentent aussi l'espèce de préface en dialogue qui accompagnait la troisième édition (1832) de ce même « Dernier jour d'un condamné », en précisant qu'en la lisant, il faut se rappeler dans quelles objections politiques, morales et littéraires les premières éditions de ce livre furent publiées. Son titre « Une comédie à propos d'une tragédie », pour 9 personnages.

Première publication de « Claude Gueux » en 1834 dans la Revue de Paris. Au passage, on constate que les conditions abominables et inhumaines des prisonniers n'ont pas beaucoup évolué en près de deux siècles. Que dire alors des galériens !

Puis, une troisième partie consacrée à « L'affaire Tapner », qu'il écrira, durant le début de son exil jusque 1855 sur l'île de Guernesey :

I - Aux habitant de Guernesey
(Actes et paroles)

Une condamnation à mort est prononcée dans les îles de la Manche. Victor Hugo intervient en s'adressant directement au peuple de Guernesey, ne cachant rien de l'horrible assassinat dont s'est rendu coupable Tapner. Un véritable plaidoyer en faveur de l'abolition de la peine de mort. Assassiner un assassin n'est pas digne d'une société.
Le peuple de Guernesey est ému. Des meetings, une adresse à la reine, les journaux anglais reproduisent en l'appuyant la demande de Victor Hugo pour la grâce de Tapner. Trois sursis furent accordés. On pensait que l'exécution n'aurait pas lieu. Deux jours après, Tapner est exécuté le 10 février.

II-A Lord Palmerston (Secrétaire d’État de l'Intérieur en Angleterre)

Le 11, Victor Hugo écrit à Lord Palmerston une lettre pleine de fougue.

III-Sur Tapner

Ajoutez à cela une préface de Robert Badinter, et des commentaires et notes très nombreuses de Guy Rosa de La Librairie Générale Française.

Un petit livre très précieux qui m'a surpris et éclairé par bien des points.