Collaborer avec les bactéries et autres micro-organismes : Guide du réseau alimentaire du sol à destination des jardiniers
de Wayne Lewis, Jeff Lowenfels

critiqué par Buck, le 19 février 2018
(Rennes - 30 ans)


La note:  étoiles
Une nouvelle manière de jardiner
Jardiner ne devrait plus seulement avoir à intervenir sur les plantes. Un jardin se compose de beaucoup plus d’éléments et le sol est rempli de « bestioles » plus ou moins microscopiques et c’est avec ce trésor que le jardinier devrait aussi composer son travail.
Depuis les années 1950, on abreuve les jardiniers de produits chimiques et son lot d’engrais qui rendrait plus vert que vert toutes les plantes et plus mort que mort les autres indésirables.

Les impacts négatifs sur la terre sont visibles mais les mentalités évoluent. Les modes de pensées sont remis en cause notamment avec la manière dont nous entretenons nos jardins. Jeff Lowenfels et Wayne Lewis, jardiniers américains et auteurs du livre, étaient avant contraints de diffuser des engrais à foison dans leurs jardins. Jusqu’au jour où ils reçoivent deux photos par mail. La première est un nématode étranglé par un champignon et la deuxième est aussi un nématode mais il pénétrait dans la racine d’un pied de tomate. Pour la première fois devant leur yeux, la terre n’était pas qu’une poudre brune stérile mais un écosystème vivant, et ainsi, débute ainsi leur recherche. D’abord qu’est ce qu’un nématode et comment un champignon peut étrangler celui-ci ?

Livre de vulgarisation agronomique, il traite du large spectre de ce domaine. Le point évidemment fort est qu’il prend le lecteur-jardinier par la main et avec un langage courant, les auteurs nous enseignent les bases de cet écosystème : le réseau alimentaire du sol. Ce réseau peut être comparé à un assemblage de chaines alimentaires mais en beaucoup plus petit. Le schéma de ce livre est courant mais diablement efficace : le premier chapitre du livre explique la science de base du sol parlant ainsi des « bestioles » et le second chapitre explique comment appliquer ce réseau alimentaire du sol.

Je ne connaissais pas vraiment ce monde où tout s’entremêle. Champignons, bactéries, argiles, algues, protozoaires, pH… mais ce que j’ai appris c’est que la nature a déjà travaillé depuis des milliers d’années et connait déjà les solutions auxquelles les jardiniers sont confrontés ( désherbage intensifs, maladies…) et il suffit de redonner vie à cette nature pour avoir le plus beau des jardins. Eloge de la nature, je vais essayer moi-même ces quelques petits conseils et regarder le sol de la terre sous un autre jour.