Dans l’eau je suis chez moi
de Aliona Gloukhova

critiqué par Yeaker, le 18 février 2018
(Dijon - 46 ans)


La note:  étoiles
Ca commencait bien...
Voilà un livre qui était très prometteur sur ses premières pages mais comme bien trop souvent se perd totalement au fil des pages.
L'auteur d'origine Biélorusse nous parle de son père disparu en mer alors qu'elle était toute petite. Est-il mort ou a-t-il fui ? Tous les ingrédients pour nous amener loin : La vie en Biélorussie si méconnue, le portrait d'un père à la fois mal dans sa peau et des désirs immenses. L'envie d'aller en Turquie à l'endroit du naufrage pour marcher sur ses pas et comprendre peut-être le mystère.
Oui mais voilà, après avoir posé les ingrédients, l'auteur se perd dans la redondance où apparait toute absence de structure. Il se révèle alors que l'auteur a bien peu d'éléments sur le père et sur les causes du drame. Sa famille reste mutique et elle n'ose poser les questions. Et quand enfin elle se rend sur la côte turque c'est pour se tromper de lieu...
Si nous comprenons le besoin de l'auteur d'évoquer par écrit son père trop tôt disparu, elle n'est pas parvenue à me garder à ses côtés.