Le Chat : L'Art et le Chat
de Philippe Geluck

critiqué par Catinus, le 17 février 2018
(Liège - 67 ans)


La note:  étoiles
Drôle et instructif
L’art revisité par Philippe Geluck. Ce n’est pas triste et on y apprend des chôses…
Des artistes, dont de très nombreux contemporains, y sont représentés avec l’une de leur œuvre sur une page et sur l’autre page, la vision de Geluck et de son cher chat. Citons en quelques-uns : Alechinsky, César, Christo, da Vinci, Dubuffet, Giacometti, Klein, Magritte, Munch, Picasso, Pollock, Van Gogh, Vasarely, Vermeer, Warhol,…

Extraits :

- ( à propos d’Eugène Boudin ) On m’a toujours appris qu’il ne fallait pas rire du nom des gens. C’est vrai, ils n’y peuvent rien, ceux qui s’appellent Saucisse, Ducon, Groslard ou Cascouille. Mais, si on réfléchit, moi j’y peux encore moins qu’eux. Et bien sûr, dans le lot de ceux qu’on appelle pudiquement les « handicapés patronymiques », il y a des personnages illustres. Et malgré tous mes efforts, je n’ai jamais réussi à ne pas pouffer en évoquant le nom de Boudin. C’est plus fort que moi. Avec Boucher ou Carpaccio, j’arrive à garder mon sérieux, mais avec Boudin, je n’y arrive pas. Ca m’a fait du bien d’en parler. Merci de m’avoir écouté. PG

- Magritte est l’héritier de Jérôme Bosch ; chez eux, les poissons ont des pieds, les arbres ont de portes et les chevaux sont des tonneaux. Ne leur faites pas remarquer, pour eux tout est normal. PG