Valois T01: Le Mirage italien
de Thierry Gloris (Scénario), Jaime Calderón (Dessin)

critiqué par Shelton, le 9 février 2018
(Chalon-sur-Saône - 62 ans)


La note:  étoiles
Beau démarrage de série !!!
Quand on croise Thierry Gloris à Angoulême, quand il est fatigué par une journée de festival, de bruits, de discussions et de dédicaces, il lui arrive de dire que les questions posées sont trop longues, trop complexes, trop intellectuelles… Oui, il voudrait nous faire croire que ses scénarios ne sont que des petites histoires et même moins que cela…

Seulement, voilà, je connais Thierry depuis quelques années, j’ai lu Le Codex angélique, Aspic, Waterloo 1911, Champs d’Honneur, Une génération française… Jamais, non au grand jamais il ne s’agissait de « petite » histoire légère et sans portée universelle… Alors, franchement, pourquoi en serait-il autrement avec le premier tome de cette nouvelle série, Valois ?

La famille des Valois a toujours fasciné les historiens, les curieux, les lecteurs, les amateurs d’art… Il faut dire qu’il s’agissait une famille rattachée aux Capétiens, la branche royale mais qui va s’éteindre brusquement… Il faut dire aussi, cela explique la fascination, que la descendance de Philippe le Bel, dernier grand Capétien, a été maudite par le Grand Maître des Templiers sur son bûcher… Enfin, cette famille des Valois est celle qui va rester attachée, pour nous Français, à l’aventure italienne, à Marignan, à la Renaissance, à la construction des merveilleux châteaux de la Loire… C’est aussi un regard plus noir si on se souvient que ces Valois sont aussi dans nos mémoires à cause de Catherine de Médicis, des guerres de religion, de la Saint-Barthélemy, de la folie de Charles IX…

Et, bien sûr, cher Thierry, je n’évoque même pas ou très furtivement, les papes – et certains de leurs enfants – qui vont croiser ces Valois car la papauté à cette époque ce n’est pas triste…

Voilà, dès que j’ai su que cette série allait sortir, dès que j’ai appris que tu allais être le scénariste, dès que j’ai découvert que Jaime Calderon (Isabelle, la Louve de France et Les voies du Seigneur) allait la dessiner, j’ai compris que cette série serait pour moi et que j’allais prendre beaucoup de plaisir à la lire !

Dès le premier tome, Le mirage italien, on est pris dans la grande aventure qui est, soyons honnêtes, politique, militaire, géographique, religieuse, artistique, sulfureuse… On voit Charles VIII, sa femme Anne de Bretagne mais aussi le futur Louis XII – qui d’ailleurs épousera Anne, jeune veuve – sans oublier les ecclésiastiques les plus fourbes…

Cet album est très bien dessiné et la narration graphique de Jaime Calderon sonne juste que ce soit pour les faits d’armes – et il y en a quelques-uns dans cet épisode – ou pour les séquences plus parlantes de la diplomatie, la politique ou les trahisons (mais il se pourrait bien que ces trois mots soient presque synonymes à cette époque).

Alors, Thierry, il se pourrait que tu me dises maintenant que j’ai tort et que cet album et cette série ne sont pour toi qu’une façon de raconter une belle aventure à tes lecteurs… Oui, pourquoi pas ! Mais avoue qu’il pourrait bien s’agir aussi de parler de l’histoire de l’humanité, avec ses gloires et ses bassesses, non ? Que parler de la Renaissance, de notre histoire, de notre passé, c’est peut-être aussi parler de notre présent, de nos réalités, de notre culture, des risques pour notre civilisation, non ? Parler de notre histoire, ce n’est jamais gratuit, n’est-ce pas ?

Bon, je ne vais pas t’ennuyer plus longtemps avec mes questionnements complexes et intellectuels, mais je te confirme de la façon la plus claire qui soit, j’ai beaucoup aimé et j’attends la suite avec impatience !

Je ne peux que vous conseiller tous de découvrir cette série qui va naviguer entre grande aventure et histoire… Du pur bonheur !