Nelson - tome 18 - Crétin des Alpes
de Bertschy

critiqué par Septularisen, le 4 février 2018
(Luxembourg - 51 ans)


La note:  étoiles
DIABLOTIN EN VACANCES!
Dans cet épisode annuel des aventures du Diablotin Nelson, Julie la jeune et jolie célibataire qui lui sert de souffre-douleur, réalise enfin un vieux rêve. Elle part en vacances un mois dans une petite cabane isolée, perdue au fin fonds des montagnes. Inutile de dire que la présence de Nelson et de son labrador Floyd, et leurs bêtises récurrentes vont très vite faire tourner les vacances de Julie en cauchemar…

D’autant plus que Julie n’a pas pris en compte l’absence de certaines «commodités» de la vie moderne, il n’y a en effet pas de chauffage, pas de frigo, pas de télévision, pas de réseau et surtout pas de wifi dans la cabane…

Comme dans chaque épisode de «Nelson», une flopée de nouveaux personnages apparaissent pour relancer le scénario de la BD. Ici, notamment Barry le Saint-Bernard sauveteur (image de couverture), qui n’a jamais sauvé personne, qui est capable de dire bonjour et bienvenue aux touristes indiens et chinois, mais incapable de dire le nom de la montagne sur laquelle il est! Cerise sur le gâteau, il passe son temps à attendre le livreur de Pizza. Inutile de dire qu’il va très vite devenir très ami avec Nelson!

Les autres «punchlines» de cet album sont liées aux divers jobs d’intérimaire qu’exerce Julie, rappelons en effet que celle-ci avait été renvoyée de son emploi de bureau dans l’édition, au cours du tome 17, "Cancre intergalactique" à cause de Nelson (Déjà critiqué ici : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/49927) . Nous la retrouvons ainsi secrétaire dans un cabinet vétérinaire où bien sûr Nelson s’empresse, - avec l’aide des animaux venus se faire soigner-, de lui rendre la vie impossible, ou encore assistante du propriétaire de la « Miami Modern Art Gallery », - où bien sûr Nelson va de détruire et de détourner un nombre «d’œuvres d’art» !...

A noter qu’à la fin de l’album, nous retrouvons le personnage d’Agathe, la fille de Dolorès la jeune sœur de Julie. Agathe l’héroïne du tome 13 des aventures de Nelson : « Mini cataclysme » (Déjà critiqué ici : http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/43697). C’est à présent un enfant d’environ deux ans qui marche, parle et veut tout le temps jouer. Il ne fais pas de doute que nous la retrouverons encore comme personnage récurrent dans les prochaines aventures de Nelson.

Rappelons que le personnage de «Nelson» ayant été au départ créé en février 2001, par le suisse Christophe BERTSCHY (*1970), pour paraître dans le quotidien de Lausanne «Le Matin», ses gags se composent toujours de strips de une à quatre cases. Il n’y a donc pas lieu ici, de parler des découpages de cette BD (puisque ce sont toujours les mêmes). Les dessins et couleurs sont aussi ici «secondaires», - il n’y a quasiment pas de décor, et l’arrière-plan est généralement d’une seule couleur neutre-, puisque l’accent est surtout mis sur le scénario et le gag en lui-même!
Les dessins et les couleurs sont entièrement réalisés de manière électronique, à l’ordinateur, en utilisant la technique dite du « dessin vectoriel », ce qui parfois donne d’étranges résultats, notamment au niveau des yeux des personnages (voir p. ex. dans cet album la Pg.20). Les «aficionados» de la grande BD réalisée manuellement et des grands paysages passeront donc leur chemin…
C'est génial 10 étoiles

Je trouve que ce livre est très rigolo surtout le chien Floyd et il est aussi drôle que les autre tomes.

Le chien - - 17 ans - 6 février 2018