Gilles & Jeanne de Michel Tournier

Gilles & Jeanne de Michel Tournier

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Jules, le 19 mai 2004 (Bruxelles, Inscrit le 1 décembre 2000, 76 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 5 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (23 633ème position).
Visites : 3 877  (depuis Novembre 2007)

Le crime jusque dans l'horreur

A sa première rencontre avec Jeanne la pucelle, Gilles de Rais va tomber sous le charme. Pour lui, cette jeune femme est à la fois un compagnon d’arme et une sainte. Il est avec elle alors qu’elle libère Orléans et à la gauche du roi Charles VII à Reims, lors de son couronnement, alors qu’il a Jeanne à sa droite. Mais voilà, le siège de Paris échoue par la faiblesse du roi et Jeanne est en disgrâce alors que Gilles parcourt ses domaines.

Jeanne est fait prisonnière et Gilles plaide en vain sa cause auprès de Charles VII. Il tente tout pour la sauver, mais n’y arrivera pas. Aussi, déguisé, il assistera à son supplice et l’entendra crier et râler à de multiples reprises « Jésus, Jésus, Jésus » Le souvenir de ces cris et du corps tordu par les flammes ne le quitteront plus !

C’est un autre Gilles de Rais qui va rentrer dans ses domaines de Vendée ! Et l’auteur écrit :

« Mais quiconque aurait vu son visage aurait compris que quelque chose s’était transformé en lui, un visage menteur, pernicieux, blasphémateur, dissolu, invocateur des diables. Mais ce n’est rien encore. Vaincu, brisé, il va se terrer trois années dans ses forteresses vendéennes. Il va devenir chenille dans son cocon. Puis la métamorphose maligne accomplie, il en sortira, et c’est un ange infernal qui déploiera ses ailes. »

Je vous laisse en compagnie du nouveau Gilles de Rais et découvrir ce qu’il va devenir.

Passionnant et excellent livre que nous donne ici Michel Tournier, tout en nous donnant un certain éclairage sur cette période de l’histoire de France.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Ambiguité

7 étoiles

Critique de Vince92 (Zürich, Inscrit le 20 octobre 2008, 42 ans) - 9 avril 2015

Une nouvelle fois Michel Tournier joue admirablement de sa plume pour nous conter une histoire qui sort de l'ordinaire, celle d'un des premiers tueurs en série, celle de Barbe-bleu, le terrible Gilles de Rais, égorgeur d'enfants...

Le style de l'auteur, voilà ce qui rend ce petit roman de Tournier intéressant...quant à l'histoire, connue, elle ne présente finalement que peu d'intérêt, un Grand qui ne supportant pas la perte de son idéal va se réfugier dans l'abomination.
Nous assistons à une tentative d'explication du comportement criminel de de Rais, une sorte d'analyse psychiatrique où se mêlent pédérastie, délire mystique , sentiment de persécution et frustration liée à une enfance malheureuse.
Il est intéressant de voir comment dans l'oeuvre de Michel Tournier, l'enfant, cet être fragile par excellence prend la place centrale... tout d'abord, cet auteur a beaucoup écrit pour les enfants, allant jusqu'à remanier l'un de ses romans les plus connus, Vendredi ou les limbes du Pacifique pour leur permettre d'avoir accès à une histoire dans laquelle Vendredi prend la place évidente de l'enfant qui se fait guider. Puis dans Le roi des Aulnes, le héros prend en charge un internat de jeunes enfants destinés à alimenter l'armée nazie... enfin dans ce roman, l'enfant est victime mais apparaît très souvent comme une figure ambiguë... objet de désir mais également figure provocatrice.
De fait, la lecture de ce roman déclenche une sorte de malaise due au sentiment que l'auteur cherche à disculper Gilles de Rais de ses crimes; influencé par le Florentin Prélat, il n'est pas entièrement responsable de ses actes.
Soit, mais en rejetant un manichéisme facile, l'auteur ne parvient à générer que dégoût et répulsion, sentiments renforcés par les témoignages du procès.
Celui qui agissait pour rejoindre Jeanne dans la pureté n'a fait que s'enfoncer dans la déchéance sans pouvoir en émerger.

Pétage de plomb ?

8 étoiles

Critique de Nathafi (SAINT-SOUPLET, Inscrite le 20 avril 2011, 53 ans) - 8 avril 2015

Pour un peu Michel Tournier nous rendrait Gilles de Rais presque sympathique.

Ce livre évoque, entre autres, la rencontre de Jeanne d'Arc et Gilles de Rais, ce dernier semblant lui vouer corps et âme. Quand il la voit brûler et qu'il l'entend crier sur le bûcher, il souffre de tout son être. Gilles de Rais aurait donc été traumatisé, choqué, en termes plus familier il aurait pété un câble à la mort de Jeanne. Oui...
S'ensuivent les agissements que l'on connaît, il ne devient ni plus ni moins qu'un serial killer pédophile de notre époque, pour lequel on recherche des causes, des circonstances atténuantes, pour qui on plaide la folie. Il est bien dommage que Jeanne n'ait pas pu sauver Gilles de ses tourments, le côté sombre était en lui bien avant leur rencontre, elle seule aurait pu l'apaiser.

C'est cette déduction que je retiendrai de ce livre, au demeurant plaisant à lire malgré le thème pesant, la plume de Michel Tournier y est pour beaucoup.

De Rais et d’Arc

6 étoiles

Critique de Tistou (, Inscrit le 10 mai 2004, 64 ans) - 8 avril 2013

Michel Tournier s’empare de l’histoire de Jeanne d’Arc, plus précisément de l’histoire de Gilles de Rais – connu également comme celui ayant inspiré le personnage de « Barbe Bleue » - transcendé par sa rencontre avec Jeanne d’Arc.
Gilles de Rais, seigneur de l’Ouest du royaume de France, est aux côtés de Charles VII, lorsque Jeanne, venue de Domrémy, en Lorraine, déjoue le piège que lui a tendu le Roi et le reconnait déguisé parmi ses courtisans. Il est touché – c’est peu de le dire – saisi d’effroi ou d’admiration, pour cette Pucelle manifestement d’inspiration divine.

« Ainsi, conclut-il, il y a l’Arbre des Fées qui se tait, et il y a les voix du côté de l’église qui te conseillent. Jeanne, je crois que chacun de nous a ses voix. Des voix mauvaises et des voix bonnes. Je suis le petit taureau de Champtocé, né dans la Tour Noire de la forteresse. J’ai été élevé par mon grand-père, Jean de Craon, un grand seigneur, mais aussi un aventurier de sac et de corde. Les voix que j’ai entendues dans mon enfance et ma jeunesse ont toujours été celles du mal et du péché. Jeanne, tu n’es pas venue pour sauver seulement le dauphin Charles et son royaume. Sauve aussi le jeune seigneur Gilles de Rais ! Fais lui entendre ta voix, Jeanne, je ne veux plus te quitter. Jeanne, tu es une sainte, fais de moi un saint ! »

C’est peu de dire qu’elle aura largement échoué sur ce plan, comme sur d’autres hélas pour elle. Jeanne ne va pas sauver Gilles. Elle va plutôt le cramer- sans jeu de mots ! Et lorsqu’elle-même sera brûlée en place publique, Gilles sera là, parmi l’assistance, impuissant à la sauver. Et le Gilles de Rais qui repartira de là ne sera plus le même. Et il n’est pas beau celui qu’il est devenu …
Michel Tournier tente ensuite d’expliquer, de justifier, ce que deviendra la conduite de Gilles de Rais, resté célèbre pour de bien mauvaises raisons du côté du lac de Grand-Lieu.
J’ai trouvé cela pour ma part assez confus et confesse avoir eu du mal à suivre les explications-justifications de Michel Tournier. Un ogre reste un ogre. Prédestiné il était, le supplice de Jeanne l’aura adoubé.
Reste la belle écriture de Michel Tournier. C’est le dessein global que j’aie eu du mal à discerner.

Bien, mais...

6 étoiles

Critique de Sallygap (, Inscrite le 18 mai 2004, 43 ans) - 4 mars 2005

J’ai une impression mitigée sur ce livre. Que je ne m’explique pas complètement d’ailleurs. La critique de Jules m’avait donné envie de le lire (merci !) ; j’ai aimé l’écriture, j’étais curieuse, avide d’en apprendre plus sur ces deux personnages historiques, même si Tournier présente SA version des choses, ce point de vue m’intéressait vraiment. J’ai pourtant dévoré ce petit bouquin, je crois que j’aurai aimé qu’il soit plus long, plus gros, plus développé. Je suis restée sur ma faim. Cependant, il est reste intéressant à mes yeux. Comme je disais, mitigée…

Forums: Gilles & Jeanne

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Gilles & Jeanne".