Chronique du soupir
de Mathieu Gaborit

critiqué par Jfp, le 14 janvier 2018
(La Selle en Hermoy (Loiret) - 71 ans)


La note:  étoiles
fées, elfes et sirènes
Une plongée dans un monde merveilleux où fées, elfes et sirènes voisinent avec les humains. Imaginons un instant que notre corps est habité par une fée, logeant dans notre cœur et décidant de notre vie, notre souffle n’étant que la projection de sa force, pour faire le bien comme le mal. La société imaginaire dans laquelle nous invite Mathieu Gaborit, une fois décryptés codes et vocabulaire, ne semble ni pire ni meilleure que la nôtre. On y vide ses querelles, on s’y entretue, on complote, on aime aussi. Bref, rien que de très banal. Reste la magie des mots, et une intrigue soignée qui nous entraîne sur les pas de personnages aux noms d’arbres et de fleurs : Lilas, Saule, Iris, Frêne et tant d’autres dont on suit avec intérêt les mille et une aventures, jusqu’au dénouement final assez inattendu. Un livre à recommander aux amateurs de contes et légendes, un genre littéraire tombé en désuétude ou réservé à la littérature enfantine, mais qui nous est revenu des states sous le nom de "fantasy" ou "heroic fantasy" et a d’ores-et-déjà conquis ses lettres de noblesse.