La langue de ma mère de Tom Lanoye

La langue de ma mère de Tom Lanoye
(Sprakeloos)

Catégorie(s) : Littérature => Européenne non-francophone

Critiqué par Darius, le 1 janvier 2018 (Bruxelles, Inscrite le 16 mars 2001, - ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 146 

Aphasie

Tom Lanoye est un auteur belge de langue néerlandaise, très populaire en Flandre, aux Pays-Bas et en Allemagne, un des premiers Belges homosexuels à s’être marié dès la loi promulguée en juin 2003, soit il y a déjà 15 ans..

Son livre « la langue de ma mère » parle d’ailleurs de la difficulté qu’il a eue à annoncer son homosexualité à ses parents, un couple de bouchers de la région de Saint-Nicolas.
Blague sur le sujet entendue au Cap où il habite « Quelle est la différence entre être pédé et être nègre ? « « Si vous êtes nègre, vous n’avez pas besoin de le dire à vos parents »

Conversation entre lui et sa mère :
Moi : « j’organise ma vie, comme tu me l’as appris. »
Elle : « moi, je t’ai appris des saloperies ? »
Moi : « Etre comme on est, c’est une saloperie ? »
Elle : « personne n’est comme çà. On vous rend comme ça. »
Moi : « c’est ce que disent la moitié des psychiatres. Ils disent que c’est la faute de la mère. »
Elle : « je savais que tu allais dire ça. Tu vas te plaindre de moi maintenant ? Tu as honte de moi ? »
Moi : « pas plus que tu n’as honte de moi. Je suis né comme çà. »
Elle : « on aurait dû s’en tenir à quatre gosses. Pour toi, mon corps était déjà trop vieux. Dire qu’on était si contents que tu sois normal, pas un mongolien. Avec un mongolien, on subit moins d’affronts qu’avec quelqu’un comme toi »
Moi : « je vais me chercher un petit amant mongolien. Ca te fera déjà moins d’affronts. »
Elle : « je vais me pendre. C’est peut-être le plus simple. »
Moi : « C’est vrai, c’est le plus simple. Pends-toi. Et mon père en même temps. Comme çà on ne devra déménager vos affaires qu’une seule fois. »

Indépendamment de cette histoire d’homosexualité à annoncer à ses parents, le livre raconte la vie d’une mère énergique, femme de boucher mais aussi comédienne de théâtre amateur. Elle qui aimait les mots, se retrouve soudain aphasique, incapable d’articuler des phrases cohérentes.

« Cette langue. Cette honte, cette malédiction, cette écorchure sur mon tympan et sur mon âme. Langue de rien, langue de chaos, langue de pacotille, non-langue, dyslangue, langue néant, langue rebut, contre-langue, a-langue, infralangue, antilangue, male langue, langue foutue, sous-langue, langue toc, langue d’épouvante. Je ne peux plus l’entendre ».

Mis à part les 100 premières pages où l’auteur se tâte sur le contenu de son livre et qui s’intitule « le récit du récit », on entre ensuite dans le vif du sujet et l’auteur nous conte la vie de ce petit village de Flandre à une certaine époque et le caractère de cette mère bouchère et comédienne à ses heures, qui dirige d’une main de fer toute la maisonnée, son mari se contenant d’acquiescer à tout ce que sa femme décide.

La fin tragique de sa mère, trimbalée d'hôpital en hôpital, jusqu'à tomber dans un demi-coma dont elle ne se réveillerait jamais, oblige à la nourrir par une sonde dans le nez... mais avec une sonde dans l'estomac, elle aurait encore pu tenir des mois... !

"Quand donc notre formidable sécurité sociale, consolatrice des faibles, s'est elle convertie en un jackpot pharmaceutique et ses filiales? Les patients qu'on prolonge rapportent plus qu'une vache laitière.."

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

  • La langue de ma mère [Texte imprimé], roman Tom Lanoye traduit du néerlandais (Belgique) par Alain van Crugten
    de Lanoye, Tom Van Crugten, Alain (Traducteur)
    la Différence / Minos (Paris. 2002)
    ISBN : 9782729121822 ; EUR 12,00 ; 27/08/2015 ; 1 vol. (451 p.) p. ; Broché
»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: La langue de ma mère

Il n'y a pas encore de discussion autour de "La langue de ma mère".