Koblenz, tome 1 : Le désespoir d'une ombre
de Thierry Robin

critiqué par Cernunos, le 20 février 2001
(Bruxelles - 46 ans)


La note:  étoiles
« Delenda Carthago », la rencontre de l'histoire et de l’occulte sous une nuit s
Auteur de Rouge de Chine chez le même éditeur, Thierry Robin nous régale à nouveau de ses prouesses graphiques et narratives.
Je n'hésite pas une seule seconde à dire qu’il est un nouvel Andreas. Il casse le format de la mise en case classique pour faire éclater une autre réalité, celle qui se terre derrière le voile de l’illusion.
Koblenz est un docteur en occultisme, mais ses tarifs peuvent paraître exorbitants. En effet, il se fait payer en « années de vie humaine », nécessaires à recharger les accus de son cÏur mécanique. Son assistante également est d’une nature particulière… mais cela, vous le découvrirez par vous-mêmes.
Le premier tome nous plonge dans l’atmosphère angoissante d'une industrie sidérurgique hantée. Un portrait sans complaisance des débuts de l’empoisonnement de notre mère la terre, qui nous confronte au déchirement de l’âme.
Le second opus se déroule à Carthage, à l’aube de sa chute. Complot, amitiés sacrifiées et sacrifices sont les ingrédients d'une histoire plus haletante. Les personnages commencent à prendre plus d’épaisseur et l'impatience me guette quant à la suite de cette excellente série.
Tome 1 - Le désespoir d'une ombre 8 étoiles

Voilà un premier tome qui a des allures de suite ! Le parti pris de Thierry Robin est en effet atypique dans le monde de la BD : non seulement il ne présente guère ses personnages mais il fait même référence à des événements qui ne s'éclairciront sans doute que dans les prochains albums. "Quel est notre employeur cette fois-ci", "il ne sait pas que tu pourrais le transformer en goret", "ton pauvre coeur mécanique", "vous me parlez d'années de vie que vous me demanderez comme salaire"... voilà quelques paroles qui construisent peu à peu le personnage du docteur Koblenz. Mais que Robin n'explicite pas, comme s'il s'agissait d'un simple rappel pour le lecteur. Cette technique scénaristique, assez surprenante au début, se révèle audacieusement efficace. On aurait presque l'impression, à la fin de l'album, d'avoir lu ces aventures antérieures du docteur. Bon scénario, donc, original dans la forme et le fond. Le dessin est à la hauteur, avec un très bon découpage (trois premières planches, planches 16-17, 36-37-38, 47-48) et une bonne maîtrise des éclairages. Espérons que les prochains volumes conserveront cette griffe talentueuse car Koblenz est prometteur.

Jean Loup - Vaulx en Velin - 46 ans - 16 janvier 2002


Encore un Prix Bob Morane 8 étoiles

Cet excellent opus de Robin a obtenu le Prix Bob Morane 2000 de la meilleure BD. Si Thierry est Français, il a fait ses études à Bruxelles. Alleï, Alleï, un petit cocorico...une fois!

Patman - - 56 ans - 20 septembre 2001