On la trouvait plutôt jolie de Michel Bussi

On la trouvait plutôt jolie de Michel Bussi

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Free_s4, le 4 décembre 2017 (Dans le Sud-Ouest, Inscrit le 18 février 2008, 46 ans)
La note : 8 étoiles
Moyenne des notes : 7 étoiles (basée sur 4 avis)
Cote pondérée : 5 étoiles (24 465ème position).
Visites : 2 435 

Clandestino

Du désert sahélien à la jungle urbaine marseillaise, en quatre jours et trois nuits...
Un suspense renversant et bouleversant.
" – Qu'est-ce qui ne va pas, Leyli ? Vous êtes jolie.
Vous avez trois jolis enfants. Bamby, Alpha, Tidiane. Vous vous en êtes bien sortie.
– Ce sont les apparences, tout ça. Du vent. Il nous manque l'essentiel. Je suis une mauvaise mère. Mes trois enfants sont condamnés. Mon seul espoir est que l'un d'eux, l'un d'eux peut-être, échappe au sortilège.
Elle ferma les yeux. Il demanda encore :
– Qui l'a lancé, ce sortilège ?
– Vous. Moi. La terre entière. Personne n'est innocent dans cette affaire. "

Des meurtres, des clandestins, une bonne histoire policière, mais pas que.
Michel Bussi nous montre le côté sombre du trafic des passeurs de clandestins africains.
C'est aussi une histoire d'une mère de famille qui lutte pour sa survie et celle de sa famille.
J'ai bien aimé, pas le meilleur de Bussi, il ne vaut pas les Nymphéas noirs, mais c'est un beau moment de lecture

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Solide, comme d'habitude.

9 étoiles

Critique de Ayor (, Inscrit le 31 janvier 2005, 48 ans) - 19 novembre 2020

Comme d'habitude, Michel Bussi propose une histoire originale, qui ne ressemble à aucune de celles qu'il a écrites jusque là.

Non seulement le suspense est parfaitement maîtrisé, mais il entraîne en plus le lecteur dans un jeu de faux-semblants révélant de belles surprises.

De plus, l'auteur ne tombe jamais dans un "pathos" excessif, évitant en cela une bien-pensance dégoulinante dont certains font preuve face à un sujet aussi brûlant.

Michel Bussi expose un point de vue respectable et sans démagogie, laissant à chacun penser ce qu'il voudra.

Ce roman, en plus d'être crédible, captivant et immersif, apporte un éclairage pertinent quant aux souffrances et motivations de la plupart des migrants.

À lire, tout comme l'ensemble des œuvres de Michel Bussi.

Oui plutôt, mais.

6 étoiles

Critique de Ardeo (Flémalle, Inscrit le 29 juin 2012, 73 ans) - 22 mai 2020

Avec Michel Bussi, j’ai déjà passé de belles heures de lecture.

Ce roman permet également de s’amuser, mais pas tout au long des 527 pages de mon exemplaire de poche. Je dirais même que le début de l’intrigue avec ces meurtres ‘en chambre’ est vraiment palpitant puis les personnages (des policiers, la famille de Bamby/Leyli, les membres d’une fondation en faveur des migrants) s’intègrent et se succèdent dans le fil du roman mais déjà les nombreux sauts d’une série de personnages à l’autre irritent et la lecture devient fastidieuse, ennuyeuse et répétitive…

L’auteur écrit toujours bien, les thèmes qu’il aborde sont généreux notamment la crise des migrants, la pensée est humaniste, les récits historiques de Leyli (cela se passe en Afrique durant son enfance) divisés en chapitres tiennent en haleine mais comme bien souvent dans ce type de roman, la surenchère d’histoires, d’effets, de rebondissements et de thèmes le réduit à un livre devenant ennuyeux et même irritant. Déçu.

Pas convaincue

5 étoiles

Critique de Marvic (Normandie, Inscrite le 23 novembre 2008, 62 ans) - 9 mars 2018

Leyli est une immigrée belle et digne, qui se bat pour offrir le meilleur à ses trois enfants, Bambi, Alpha, et Tidiane, le petit dernier. Trouver un appartement plus grand, trouver du travail conciliable avec la vie de famille...

Le corps d'un homme est découvert dans une chambre d'hôtel. La mise en scène évoque une scène érotique mais une marque de piqûre sur le bras interpelle les enquêteurs.
Aucun indice, si ce n'est une image furtive sur la vidéo de surveillance.
Un deuxième homme tué dans des circonstances similaires permettrait de se lancer sur la piste d'une organisation d'aide aux réfugiés si ce n'était la résistance de certains gradés.
Et ces traces de prises de sang, pourquoi ...

Parallèlement à l'enquête policière, on va découvrir l'incroyable et douloureux périple qui a amené Leyli jusque là ; son courage, son intelligence, son dévouement. Témoignage judicieusement intercalé, raconté aux différents interlocuteurs qu'elle rencontre.

Que de mal pour entrer dans ce livre ! Étonnée, à la moitié, de n'y trouver ni motivation, ni plaisir.
On est dans l'archétype des héros : une femme belle et courageuse, Leyli, qui met un point d'honneur à élever correctement et décemment ses trois enfants tout en dissimulant un secret.
Un duo de flics, façon Ripoux, Noiret et Lhermitte, le vieux Petar Velika, un peu bourru avec son expérience, ses méthodes à l'ancienne, et le "gamin", Julo Flores doué et pro de l'informatique lui apportant une efficacité qui énerve et impressionne son aîné.

Il faudra attendre plus de 300 pages pour (qu'enfin !), on soit surpris.
Un peu déçue par la découverte du Secret, même si je reconnais qu'à l'instar des Nymphéas noirs, je n'avais absolument rien vu venir, ( mais pas pour autant envie de recommencer la lecture pour vérifier les cohérences ! )
Certaines pages ressemblent à de véritables leçons de morale bien-pensante, de démagogie professorale que je n'ai pas aimées.
Très déçue par ce roman dont j'attendais beaucoup, bien loin de la sublime et admirable chanson de Pierre Perret.

Forums: On la trouvait plutôt jolie

Il n'y a pas encore de discussion autour de "On la trouvait plutôt jolie".