L'Académie contre la langue française
de Auteur inconnu

critiqué par Veneziano, le 3 décembre 2017
(Paris - 41 ans)


La note:  étoiles
La misogynie des Académiciens, ni linguistes ni grammairiens
L'Académie française a été créée à la fin du XVIIème siècle par le cardinal de Richelieu pour figer et codifier la langue française. Il en est advenu l'édiction par cette institution de la règle du pluriel où le masculin prévaut, qui va à rebours de la règle de proximité, en genre et en nombre qui a prévalu jusque là. C'est au début du XIXème siècle avec l'instruction obligatoire que cette prévalence du masculin a été entérinée par l'usage.
Aussi l'Académie française s'est-elle montrée hostile à la féminisation des noms de fonctions et titres, lors des deux campagnes lancées par le pouvoir en la matière, en 1984, sous l'égide d'Yvette Roudy, Ministre, et de l'écrivaine Benoîte Groult, et en 1997-1998 sous MM. Chirac, Jospin et les femmes ministres d'alors.
Ce livre présente la sociologie de l'institution, montrant qu'elle ne détient pas d'expertise sur la langue française, car elle n'est composée d'aucun linguiste ni de grammairien, qu'elle ignore l'histoire de la langue française et que ses membres confondent souvent sexe et genre, quand ils repoussent cette féminisation.
Ensuite, il expose les textes sexistes des Académies qui la refusent. Ils s'avèrent confondants de sectarisme et de violence verbale, ce qui contribue à faire tomber l'organe, a priori prestigieux, de son piédestal. Il est juste dommage que les commentaires de ces textes soient juste présentés en notes de bas de pages.

Cet ouvrage, écrit par des universitaires, apprend beaucoup, lutte contre les idées reçues, fortement ancrées. Il est donc très utile, à mon sens.