Dad - tome 4 - Star à domicile
de Nob

critiqué par Septularisen, le 12 novembre 2017
(Luxembourg - 51 ans)


La note:  étoiles
FAST & FURIOUS POUSSETTE!
«On ne change pas une équipe qui gagne» est ce n’est pas ce quatrième volume de Dad qui nous contredira! On retrouve en effet tous les ingrédients des épisodes précédents, à savoir bien sûr Dad, notre «célibattant» préféré. Toujours intermittent du spectacle et toujours père à plein temps, comblé par ses quatre filles fortes en caractère, nées de quatre relations différentes.
Rappelons qu’il y a Pandora (dite Panda), aux cheveux noirs et lunettes. C’est l’ainée avec 19-20 ans et l’intellectuelle de la famille, elle rêve d'indépendance et d'émancipation, puis vient Ondine, l’adolescente, aux cheveux rose bonbon, d’environ 15-17 ans, c’est la romantique et aussi celle qui a de nombreux questionnements amoureux. Il y a ensuite Roxane 9 ans, aux cheveux roux, c’est la sportive et le garçon manqué de la famille, mais aussi une écologiste militante qui n'hésite pas à prendre des position éthiques, et enfin Bérénice (dite Bébérenice), le bébé de la famille, métisse aux cheveux noirs, elle marche à quatre pattes et babille ses premiers mots, elle demande constamment l'attention de son père.

Comme dans les volumes précédents on en apprend ici un peu plus sur la vie sentimentale très chaotique de Dad et encore une fois, on découvre l'une des mères de ses enfants. Ici c’est Jeannette, la mère de Roxane. Elle a comme sa fille des cheveux roux et travaille comme volontaire pour la croix rouge dans des pays en guerre. Contrairement à Cathy, la mère de Pandora et à Rose Candice la mère d’Ondine, Dad a gardé de bonnes relations avec elle, et lui parle par webcam interposée.

Les réseaux sociaux sont d’ailleurs un des fils rouges de cet épisode. En effet, quand Dad découvre qu’un comique nommé Marvin - habillé en patate et dont le perso est «Super-patate, le héros qui a la frite» et qui va même bientôt avoir droit à son adaptation cinématographique -, a dix millions d’abonnés sur YouTube, son sang ne fait qu’un tour! Il décide illico presto de faire lui aussi des vidéos décalées afin de les poster sur les réseaux sociaux. Son personnage: «Monsieur poule»! Évidemment, très vite le tout va tourner à la catastrophe industrielle…

Bien, disons le tout de suite, les dessins de NOB (de son vrai nom Bruno CHEVRIER, né en 1973), n’ont toujours rien d’exceptionnel. Je trouve même qu’il dessine les visages – notamment ceux de Jeannette et de Roxanne de façon très enfantine -, et les découpages sont d’un classicisme qui, franchement, n’a plus cours aujourd’hui… Quant aux couleurs, elles «arrachent» toujours autant les yeux! Alors me direz-vous qu'est-ce que je trouve de si spécial à cette BD et qui justifie une si bonne critique? Et bien, encore une fois, le point fort de cette BD c’est... Le magnifique scénario!

Parlons-en un peu. C’est très classique mais c’est très beau. Sous le couvert d’une «tranche de vie» de tous les jours, NOB nous livre avec "Dad" une véritable leçon de vie, de sagesse, de tendresse, de découverte de soi-même et de la vie, de bienveillance, de douceur… Et ce ne sont d’ailleurs pas ses quatre filles les dernières à l’avoir compris, puisque quand leur père est trop déprimé, elles déclenchent immédiatement une «mission câlin»!

Vraiment une très belle série.