Un Corse à Lille
de Elena Piacentini

critiqué par Goupilpm, le 10 novembre 2017
(La Baronnie - 60 ans)


La note:  étoiles
Très bon polar régional tout en ambiance.
Au lendemain de la Grande Braderie, le commandant Léoni, emmenant dans ses bagages sa grand-mère, beau brun ténébreux et célibataire endurci, débarque à Lille en provenance de Marseille muté à sa convenance pour des raisons obscures.

A peine le temps de prendre contact avec son équipe que deux enquêtes aux profils différents s'ouvrent à lui.

Le corps d'une jeune femme retrouvée morte dans un fossé et dont les premières constatations laissent à penser qu'il s'agit d'une prostituée. Mais la mise soignée de la victime laisse entrevoir la possibilité qu'elle n'est peut-être pas ce qu'elle semble paraître. La deuxième victime est un chef d'entreprise, dont le corps scarifié et mis en scène de manière particulière laissent perplexe les enquêteurs.

Deux enquêtes de facture classique, menées en équipe : chacun ayant ses propres tâches assignées et qui va conduire les enquêteurs à découvrir d'étranges coïncidences bien que les deux affaires ne soient pas liées. Avec les premières auditions de témoins, il apparaît que la victime était un patron particulièrement tyrannique, et chacun de ses employés était un suspect en puissance. Les éléments découverts par les enquêteurs vont orienter l'équipe vers un cabinet de coaching personnel. Un deuxième meurtre et un enlèvement de patrons aux profils similaires et récents clients du cabinet vont rapidement confirmer leurs soupçons. La deuxième enquête va elle aussi rapidement s'orienter vers un réseau de prostitution belge.

Deux enquêtes qui n'apportent rien de révolutionnaire au genre, mais maîtrisées dans la forme, même si leurs conduites empruntent certains raccourcis et laissent parfois dans l'expectative quand à certaines conclusions des enquêteurs. Mais ces enquêtes sont plus là pour mettre en avant les différents personnages et de créer une certaine ambiance pour la suite des enquêtes de l'équipe. La thématique principale du coaching et de l'amélioration personnelle est traitée de fort belle manière et soulèvent chez le lecteur une question primordiale : jusqu'où un conseiller peut-il aller sans abuser de ses pouvoirs.

Ce premier opus des enquêtes du Commandant Léoni, plus que les enquêtes en elles-mêmes, est surtout pour le lecteur l'occasion de prendre contact avec Léoni et les différents protagonistes créés par l'autrice. Une équipe attachante avec des personnages certes fortement caractérisés, qui peuvent sembler caricaturaux, marqués chacun d'eux par le poids d’histoires différentes. Le panel est très diversifié : le Commandant direct, carré, et un peu abrupt de prime abord, un adjoint jovial, débonnaire bon vivant, un prêtre défroqué, un séducteur, beau gosse, issu d'un quartier difficile, un ancien militaire, bourru et au grand cœur, une stagiaire, issue d'un milieu aisé, en conflit avec son père pour avoir choisi cette voie, une légiste border-line. Et pour terminer cette galerie haute en couleur, Mamone, une grand-mère au grand cœur, débordante de vitalité, au franc parler Corse dépaysant, et qui désespère d'arriver à caser son petit-fils encore célibataire à 35 ans, et qui apporte la touche d’air pur bienvenue à un premier opus à l’ambiance nauséeuse. Des personnages qui certes prennent le pas sur les enquêtes mais que l'autrice dépeints dans leurs pensées et dans leurs actes de fort belle manière.

Le style de l'autrice est direct avec des chapitres extrêmement courts, très visuels et qui donnent une excellente dynamique de lecture. Bien que pouvant au départ paraître saccadé, il est un point fort pour la suite de l'histoire. L'écriture est simple, directe, par certains moments peur-être un peu trop légère. Les descriptions de Lille et des lieux de la communauté urbaine visités par l'enquête sont effectuées à petites doses, l'autrice a apparemment choisi de décrire la région au fil de ses romans et c'est positif car cela n'empiète pas sur l'enquête.

Au final, on a une enquête classique mais plutôt bien orchestrée, des personnages certes peut-être un peu trop poussés mais attachants, des dialogues bien travaillés, un suspense présent, un ton énergique. Un Corse à Lille se révèle comme un très bon policier régional.