Justice est faite
de Christian Jacq

critiqué par Pierrot, le 13 octobre 2017
(Villeurbanne - 67 ans)


La note:  étoiles
Faut pas pousser grand-mère dans les orties !
Un plaidoyer pour une justice moins laxiste, prenant davantage en compte le droit des victimes plutôt que celui des criminels. Voilà un peu la caractéristique de ce roman, où un juge un peu trop bien dans ses bottes est d’entrée de jeu, poussé en touche pour son zèle envers ces enfants du Bon dieu qu’on devrait prendre pour des conards sauvages.
Haggins , ayant pris du recul avec Scotland Yard, mène sa retraite paisible à Gloucestershire où il prépare ici un extrait fermenté à base d’orties pour stimuler la flore microbienne du sol. Mais noblesse oblige, le voilà reparti sur les chapeaux de roues avec une Bentley donnant une nouvelle fois un coup de frein aux supputations allant bon train pour le meurtre du juge Trewor- Fichter !
Plaisant, mais commun