Au nom du pire
de Pierre Charras

critiqué par Débézed, le 4 octobre 2017
(Besançon - 70 ans)


La note:  étoiles
Il a dit la vérité...
Les dernières campagnes électorales en France, aux Etats-Unis et ailleurs encore ont pu surprendre certains, par la violence et la bassesse des attaques contre les candidats, et pourtant ces pratiques odieuses ne sont pas nouvelles, déjà avant de décéder en 1914, Pierre Charras les évoquait dans ce roman édité à titre posthume à l’occasion de cette rentrée littéraire. Pour stigmatiser de telles pratiques, montrer jusqu’où elles peuvent conduire et donner son sentiments sur de telles mœurs, l’auteur raconte l’histoire d’une élection dans une petite ville de province où le maire charismatique et, après de nombreux mandats, est mis en grande difficulté au premier tour. Le parti dont il incarne les valeurs, sans le représenter officiellement, dépêche un spécialiste des causes perdues pour redresser la barre et, au moins, éviter un naufrage déshonorant.

Le sauveur débarque pour redresser le navire municipal mais le maire a disparu, nul ne sait où le trouver. Tous se souviennent alors que ce maire a un passé étrange, Il était ministre et promis aux plus hautes fonctions de l’Etat quand en visitant la ville, il a été frappé d’un malaise qui l’a incité à se fixer dans cette ville où il a grandi et à y briguer les fonctions de maire qu’il a exercées pendant cinq mandats. Mais la population semble vouloir lui refuser une sixième investiture, il décide alors contre l’avis de tous ses conseillers de s’adresser directement aux électeurs, de leurs raconter sa vraie histoire, celle que son malaise a fait remonter à sa mémoire, celle qu’il tait depuis sa première élection. Il veut qu’on lui pardonne ce silence, que les citoyens sachent qui il est réellement et quelle est sa vraie famille.

Ce roman plonge au cœur d’événements anciens difficiles à évoquer sans déclencher un raz de marée populaire mais le maire veut se libérer de la culpabilité qui lui pèse sur les épaules même s’il n’était alors qu’un enfant, il se sent l’héritier de ceux qui ont été expéditivement jugés et exécutés, comme de ceux qui ont jugé, sans pitié aucune, sans discernement et même avec haine sordide dans un après guerre chaotique et houleux. Ce livre évoque évidemment la culpabilité, la transmission de la responsabilité aux enfants et le pardon qui seul peut effacer l’atrocité de ce qui fut. On dirait que l’auteur a voulu, à la fin de sa vie, se libérer d’un poids qu’il aurait lui-même supporté ou plaider la cause d’un proche qui aurait subi cette avanie. Son plaidoyer pour l’innocence des enfants est particulièrement émouvant : « …les enfants des bourreaux sont des enfants, pas des bourreaux. Des enfants qui soufrent, eux aussi, comme ceux des victimes. Quand les hommes font le mal, tous les enfants sont des victimes, ceux des bourreaux comme ceux des martyrs, tous, toujours ». Puissent les bateleurs de la politique s’en souvenir lors des prochaines campagnes électorales et tous les autres dans toutes les situations de la vie quotidienne.

Un roman court, émouvant, qui démontre comment du malaise peut surgir la vérité oubliée qui demande le pardon et peut faire surgir l’amour. Un livre noir mais plein d’espoir qui montre que la vérité peut éviter bien des rancœurs porteuses de malheur et apporter la paix et le bonheur. J’ai refermé ce livre non sans émotion quelque part dans les Monts du Forez à deux pas du lieu de naissance de Pierre Charras.