Harry Dickson, Tome 12 : La chambre rouge
de Christian Vanderhaeghe (Scénario), Renaud (Dessin)

critiqué par Shelton, le 3 octobre 2017
(Chalon-sur-Saône - 61 ans)


La note:  étoiles
La chambre rouge et ma déception...
Grand amateur de la ligne claire et du personnage de Harry Dickson, je ne peux pas m’empêcher de lire parution après parution les différentes adaptations de mon héros en bandes dessinées. Cela me renvoie à certaines lectures de jeunesse… Mais, reconnaissons que les albums ne sont pas tous aussi bons les uns que les autres…

Ce que j’aime dans la ligne claire c’est que la narration graphique n’est pas encombrée de parasites et que l’on ne trouve dans chaque case que les éléments indispensables à la compréhension de l’histoire. A ce titre, le dessin de Renaud de cet album La chambre rouge est totalement conforme à mes attentes et on peut dire de ce dessinateur qu’il appartient bien à la ligne claire comme d’autres avant lui, Hergé, Martin et Jacobs pour n’en citer que trois…

Par contre, ma passion pour Harry Dickson, le Sherlock Holmes américain, est née du fait que cet enquêteur va naviguer entre le polar classique et le fantastique. C’est ce qui rendait en son temps les nouvelles de Jean Ray passionnantes… Seulement, voilà, Christian Vanderhaeghe, le scénariste de cette bande dessinée, La chambre rouge, oublie cette fois le fantastique et nous propose une histoire policière sur un léger fond historique… et, pour moi, cela ne fonctionne pas très bien…

Tout commence par une tentative d’attentat contre un mystérieux personnage. L’attentat échoue et une femme témoin de cet évènement se retrouve en danger… Le lecteur sait depuis le départ que Miss Georgette Cuvelier est dans la bande des méchants et par un curieux hasard, Harry Dickson va devoir enquêter sur cette affaire…

Il serait faux et injuste de dire que cette histoire n’est pas du tout crédible pour Harry Dickson car Georgette la diablesse est bien connue par son coté anarchisant mais une histoire sans aucune touche de fantastique peut décevoir les lecteurs habituels… De plus, le personnage de Hoover n’est pas très crédible…

Donc, cette sortie ne retiendra pas plus mon attention, c’est une déception mais comme les bandes dessinées sont sorties en très grand nombre en cette période de rentrée littéraire, je vous conseille d’aller vers d’autres titres car le dessin à lui seul ne peut pas sauver une bande dessinée…