Le sang des dieux et des rois - Livre II
de Eleanor Herman

critiqué par Goupilpm, le 17 octobre 2017
(La Baronnie - 60 ans)


La note:  étoiles
Tome intermédiaire..!
Après avoir gagné sa première bataille, Alexandre doit trouver des alliés et prouver son aptitude à gouverner aux conseillers de son père. Il doit également apprendre à discerner dans son entourage les traîtres à la solde des Perses. C'est donc dans une ambiance plus suspicieuse et plus sombre que se déroule l'histoire.

Dans les premiers chapitres, l'auteur effectue certains rappels des faits qui se sont déroulés au tome précédent et le lecteur n'a aucune difficulté à se replonger dans l'histoire. Comme précédemment l'auteure alterne les chapitres en suivant tour à tour chacun des personnages principaux. Si l'on a l'avantage d'avoir le point de vue de chacun, de donner plus de suspense au récit, cette manière de procéder a aussi des désavantages : le récit manque un peu de relief, de rythme car dans ce présent opus les combats, les périodes d'action sont moins présents et la lecture s'en ressent un peu. Comme chacun des personnages ayant son propre rôle à jour dans des quêtes secondaires qui viennent s'ajouter à un contexte déjà complexe, on a la nette impression que le récit part un peu dans tous les sens, que l'histoire n'avance pas. Une impression renforcée à un nombre de pages restreint consacré à chacun des personnages.

Certes les retournements de situation sont nombreux et nous permettent de mieux appréhender les personnages mais l'univers ne se développe que très peu. Le surnaturel est ici bien plus présent avec des créatures fantastiques, une magie intéressante qui prend de la dimension, mais c'est un peu au détriment du contexte géopolitique qui lui s'en trouve délaissé : on ne sait presque rien de ce qui se passe en Perse en dehors des machinations, du roi parti combattre à Byzance. Il nous manque quelque chose, à savoir une vue d'ensemble.

Les personnages gagnent en profondeur, se révèlent plus matures, plus sombres, et pour certains plus machiavéliques. Il sont très élaborés qu'on les aime ou qu'on les déteste.

Malgré quelques petits points moins travaillés, la plume de l'auteur se révèle toujours aussi addictive. Mais présente un déséquilibre certain entre les descriptions, pas plus longues, mais par une action pas assez présente. Si le scénario est riche, que les retournements de situation sont nombreux ils ne sont pas assez approfondis et le lecteur a l'impression que le livre est plus long que la réalité. La redondance de quêtes secondaires ne permet pas au lecteur d'appréhender clairement les visées de l'auteure, de comprendre où elle veut nous emmener malgré des éléments qui laissent entrevoir pour la suite du potentiel. Comme c'est souvent le cas dans les sagas l'on est clairement dans un tome intermédiaire et l'on a hâte de découvrir la suite que l'on espère plus mouvementée.