Leçons de grec de Han Kang

Leçons de grec de Han Kang

Catégorie(s) : Littérature => Asiatique

Critiqué par Nathavh, le 28 septembre 2017 (Inscrite le 22 novembre 2016, 53 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 269 

Sensibilité, sensualité de la langue

J'avais beaucoup apprécié "La végétarienne" , attirée par la littérature asiatique, l'envie de retrouver la plume d'Han Kang était grande. Je me suis à nouveau régalée.

Lui est un professeur de grec ancien. Adolescent il avait quitté la Corée pour l'Allemagne. Atteint d'une maladie dégénérative, il perd progressivement la vue. Il décide alors de revenir seul dans son pays la Corée du Sud. Il y enseigne le grec ancien en cours du soir à une poignée d'étudiants. Il camoufle son handicap de plus en plus grand en portant d'épaisses lunettes..

Une de ses étudiantes l'intrigue. Elle est vêtue de noir et semble avoir perdu l'usage de la parole. En effet, ce n'est pas la première fois, elle était déjà entrée dans un mutisme étant adolescente.

"La chose avait fini par se produire un hiver, alors qu'elle venait d'avoir dix-sept ans. Les paroles qui l'enfermaient et la piquaient comme un habit tissé de milliers d'aiguilles avaient soudain disparu. Elle les entendait de ses deux oreilles, mais un silence semblable à une couche de brume épaisse et dense faisait bouchon quelque part entre celles-ci et le cerveau. Le souvenir de la langue et des lèvres qui servaient à les prononcer tout comme celui de la main tenant un crayon étaient devenus impalpables, enveloppé qu'il était dans ce silence cotonneux. Elle ne pensait plus en mots. Elle agissait sans mots, comprenait sans mots. le vide, pareil à celui qui précède l'apprentissage de la langue ou même la conception de la vie, absorbant le temps comme un nuage, encerclait son corps et l'envahissait.'

A nouveau, elle avait perdu les mots, l'usage de la parole, impossible pour elle de communiquer avec la voix. Elle se plonge alors dans le grec ancien car il est important pour elle de trouver les mots justes, l'essence de ceux-ci.

Ils sont tous deux "enfermés", "isolés" au plus profond d'eux-mêmes. Une perte en point commun, celle de la vue, celle de la parole. Des blessures enfuies au plus profond, depuis le presque début de leur histoire.

Un événement fortuit se produira et leur permettra peu à peu de se reconstruire, de renaître tel le phénix de ses cendres. Un nouveau langage, une nouvelle communication naîtra.

Dans le récit, chacun s'exprime tour à tour. Il est parfois difficile de savoir qui s'adresse à nous.

L'histoire de Platon, du grec ancien, ces leçons de grec amènent les personnages à se construire peu à peu. A travers l'usage de cette langue morte, elle sortira peu à peu de son isolement.

C'est de la littérature asiatique, cela signifie que c'est lent, très lent, et on va droit au coeur des émotions. Mais quelle écriture magnifique ! Epurée, poétique, splendide.

La construction du dernier quart du roman est très particulière, un peu déroutante. Les choses deviennent plus floues, plus confuses pour le lecteur à l'image sans doute du ressenti des personnages dans leur enfermement mais quelle beauté, quelle magnificence.

Le langage et l'expression sont au coeur de ce récit. On découvre les failles, les blessures, la tristesse et les solitudes des narrateurs avec une association de mots juste parfaite. Un récit à la langue aérienne, tout en sensibilité.

J'adore.

Ma note : pas loin du coup de coeur 9/10

Les jolies phrases

Autrement dit, le grec qu'utilise Platon est comme un fruit mûr juste avant qu'il ne tombe. Par la suite, le grec connaît une décadence rapide. Les états helléniques entrent simultanément en déclin. En ce sens, Platon précède le crépuscule de son monde et pas seulement de sa langue.

A présent les mots ont quitté son corps, ainsi que les âmes errantes, ils la suivent à une distance où ils restent à peine audibles.

L'univers est une illusion, vivre c'est rêver.

L'obscurité viendra si j'éteins la lampe. La nuit de mes yeux, plus noire que l'encre, où les tenir ouverts ou fermés ne change presque rien.

On dit que, pour les Grecs de l'antiquité, la vertu n'était pas la bonté ni la noblesse, mais la capacité de mener à bien une tâche. Réfléchis. Quel est l'homme le plus apte à penser à sa vie ? Celui qui peut affronter la mort n'importe quand n'importe où ... Celui qui en conséquence ne peut pas ne pas réfléchir sur la vie constamment et désespérément ... Ne serait-ce pas quelqu'un comme moi qui possède la meilleure arété en matière de pensée ?

Elle se penche en avant.
Serre le crayon qu'elle tient dans la main.
Baisse la tête.
Les mots s'enfuient de sa main.
Les mots qui ont perdu ses lèvres,
les mots qui ont perdu les racines de ses dents et sa langue,
les mots qui ont perdu sa gorge et son souffle ne se laissent pas saisir.
Comme un fantôme sans corps, la forme ne se laisse pas toucher.

Dans ce foutu pays, il faut sourire quand on croise le regard de quelqu'un même si on ne le connaît pas. Je ne veux plus sourire. Je veux vivre comme mon coeur me dicte. Je ne sourirai plus, même chez nous. Cela ne veut pas dire que je suis en colère, ne vous méprenez pas.

Quand je rencontrais un regard, je souriais par réflexe. J'ai réalisé en sortant dans le hall, en me frayant un chemin parmi les gens qui attendaient les passagers ... qu'enfin je passais inaperçu.

Si la neige est un silence qui descend du ciel, la pluie est peut-être faite des phrases interminables qui en tombent. Des mots tombent sur les trottoirs, sur les terrasses des immeubles en béton, sur des flaques d'eau noirs. Ils giclent. Les mots de la langue maternelle enveloppés dans des gouttes de pluie noires. Les traits tantôt ronds, tantôt droits, les points qui sont restés un bref moment. Les virgules et les point d'interrogation qui se courbent.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Leçons de grec

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Leçons de grec".