La Cible était française (Une aventure de Jack Reacher t. 18)
de Lee Child

critiqué par Killing79, le 26 septembre 2017
(Chamalieres - 38 ans)


La note:  étoiles
L'action comme divertissement
Présentation de l'éditeur
Émoi dans tous les services de sécurité du monde : un inconnu vient de tirer sur le président de la République française à Paris, et la balle est américaine. Le sniper a touché l’écran de protection à la distance phénoménale de 1 300 mètres. L’avertissement est clair : la prochaine fois, ce sera au G8 que ça se passera. Et Dieu sait combien il y aura de victimes.
Mais qui est ce tireur d’élite ? Seuls quatre hommes sont capables d’un tel exploit. L’un deux, John Kott, est un Américain que Jack Reacher a fait mettre en prison quinze ans plus tôt, et il se trouve que, libéré depuis peu, l’homme est introuvable. C’est bien entendu Reacher que l’armée missionne en secret pour mettre la main sur le tireur. Entre Paris et Londres, aux côtés des services spéciaux russes, français et anglais qui jouent chacun leur partition, sa tâche risque de ne pas être simple.


Mon avis: Jusque-là, cette rentrée littéraire m’avait offert de belles découvertes. Seulement, si vous regardez mes articles précédents, vous constaterez que l’ambiance générale de ces romans n’était pas des plus joyeuses. Je désirais donc m’aérer un peu l’esprit avec quelque chose de plus léger. La nouvelle aventure de Jack Reacher arrivait à point nommé. J’avais vu les adaptations cinématographiques lors de leurs sorties. J’avais bien aimé la première et un peu moins la seconde. Mais me lancer dans ce genre de littérature, me semblait une bonne idée pour me sortir du marasme dans lequel j’étais englué.

Comme dans les films, la plus grande force de l’histoire est son acteur principal. Tom Cruise (1 mètre 70) ne ressemble pas du tout physiquement à Jack Reacher (1 mètre 96), en revanche il incarne parfaitement le personnage. On retrouve dans le livre cet ancien major de la police militaire au caractère bien trempé. Il est impartial mais sait s’adapter aux situations, il est costaud mais est parfois dépassé par ses adversaires, il est un peu austère mais a de l’humour, il est solitaire mais sait se rendre disponible, il est charmant sans être charmeur. Il est donc bourré de paradoxes qui font de lui un personnage très attachant et qui mérite qu’on s’y intéresse.

A travers cette enquête menée tambour battant, le lecteur suit ce héros instinctif dans le monde des services secrets internationaux. On voyage de pays en pays, on rencontre des individus tous aussi fourbes les uns que les autres, qui sont prêts à toutes les manœuvres pour servir leur patrie. De scènes d’action en scènes de manipulation, l’aventure nous réserve son lot de surprises. Je ne me suis pas ennuyé une seconde et j’ai dévoré les pages en un rien de temps.

Bien sûr, on n’a pas affaire à un roman d’une grande profondeur. Mais l’essentiel est que l’on passe un bon moment de divertissement, dans la même veine que les films. Si comme moi, vous cherchez une lecture sans prise de tête et efficace, tentez l’expérience Jack Reacher, et éclatez-vous dans ce jeu de dupes !