Never Go Home - Tome 01
de Patrick Kindlon (Scénario), Matthew Rosenberg (Scénario), Josh Hood (Dessin)

critiqué par Shelton, le 23 septembre 2017
(Chalon-sur-Saône - 61 ans)


La note:  étoiles
Intéressant !!!
On constate depuis quelques années une assez grande appétence des lecteurs français pour les fameux Comics américains, ces bandes dessinées qui ont fait et font encore la part belle aux Super Héros ! Mais, ce que recherchent ces lecteurs va souvent bien au-delà des grands classiques que sont les fameux personnages de Marvel… Voici un exemple qui montre bien que là aussi la variété existe et qu’elle entraine une forme d’émulation qui pousse à la qualité…

Il s’agit d’un Comics américain pur jus dont deux des trois auteurs sont d’ailleurs passés par Marvel. Il va mettre en scène d’une certaine façon des super héros mais pas des confirmés prêts à sauver le monde, des adolescents qui ne sont pas très sûrs d’eux, qui découvrent leurs pouvoirs et ne les maitrisent pas trop…

En fait, c’est d’abord une histoire de deux jeunes, Duncan et Maddie. Ils sont au lycée et la vie est assez difficile… Parce que les jeunes sont rudes entre eux, par que les hormones les titillent, parce le dialogue et la sérénité ne les habitent pas encore… pulsion, violence, mots cruels, manque de confiance en soi, corps qui change et déstabilise… on le sait bien c’est là le cœur de l’adolescence ! Et notre jeune Madison, Maddie, va découvrir que quand on l’énerve, quand on la menace violemment elle est prise d’une force exceptionnelle, dévastatrice et d’une violence diabolique… C’est comme si des milliers de volts se concentraient dans sa tête et multipliaient sa force par mille…

Sur son chemin, elle rencontre Duncan qui, fasciné par une crise de Maddie qu’il vient de voir et dont il a failli être victime aussi – par sa faute disons-le clairement – finit par avouer, que lui aussi a un super pouvoir… Il peut tuer par la pensée…

Nos deux jeunes vont se retrouver après un évènement dramatique sur la route pour une cavale sans but, juste échapper aux conséquences d’un dramatique dérapage de pouvoir non maitrisé… très rapidement, malgré la violence de certaines scènes et rencontres, on comprend bien que cette bande dessinée est un voyage initiatique : comment devenir soi dans un monde dont on se sent rejeté…

J’ai beaucoup aimé, c’est bien construit et cela se lit très bien une fois que l’on a compris qu’il ne fallait pas trop tenter de compter tous les morts et blessés… Non, ici c’est assez secondaire, il faut se concentrer sur cette pauvre Maddie… Comment va-t-elle pouvoir construire sa vie avec un tel handicap… Il faudrait qu’elle ne se fâche jamais, impossible, non ?

Dans ma prochaine présentation, on ouvrira un Comics mais réalisé, cette fois, par des Français… Si, cela existe aussi !