La Communication du vivant
de Joël Bockaert

critiqué par Colen8, le 19 septembre 2017
( - 76 ans)


La note:  étoiles
Tout commence par les échanges cellulaires
Jouer collectif est une propriété du vivant. Depuis les premières cellules ce sont leurs échanges entre elles et avec l’extérieur qui ont perpétué ce phénomène à l’origine encore inconnue, la vie. Récompensés par des séries de prix Nobel les chercheurs ont réussi à démêler l’écheveau des processus complexes qui pilotent les échanges à la base de toute communication. Le bricolage dont se sont nourries l’évolution et la sélection naturelle a été à l’œuvre dès le début. Un même principe conditionne le rôle des récepteurs couplés aux protéines G (RCPG) et celui des récepteurs canaux ioniques consistant à transmettre les molécules actives vers les cellules ou à en recevoir les réponses. Mis en évidence seulement depuis ces dernières décennies il explique l’homéostasie physiologique, les comportements psychologiques et leurs imbrications réciproques par le truchement des hormones et des neurotransmetteurs qui reconnaissent les récepteurs appropriés. Les médicaments, les drogues naturelles ou synthétiques en miment les effets pour s’y substituer.
La sensibilité à la lumière, à l’acoustique et aux vibrations, aux champs magnétiques et électriques, au toucher et à la proprioception est commune à l’ensemble du vivant. L’accroissement de la taille du cerveau, l’apparition de la pensée, l’aptitude au langage, tous ces éléments présents chez les vertébrés, les mammifères, les primates et finalement les humains ont contribué au développement d’une communication culturelle accélérée depuis l’écriture, l’imprimerie, les médias, Internet. Les menaces de débordement allant jusqu’à la perte de contrôle transparaissent dans les addictions de toute nature. Sans doute le prix à payer d’un rêve prométhéen qui jamais ne s’éteindra. Tout l’intérêt de ce vaste panorama exposé par un spécialiste reconnu de la communication cellulaire est d’évoquer l’articulation des multiples canaux de communication qui même pour la structure la plus simple de la bactérie reste fabuleuse.