Shadow Banking - Tome 04 : Hedge Fund Blues
de Corbeyran (Scénario), Sylvain Lacaze (Scénario), Éric Chabbert (Dessin)

critiqué par Septularisen, le 17 septembre 2017
(Luxembourg - 50 ans)


La note:  étoiles
SCÉNARIO AUSSI ÉPAIS QU’UNE CHIPS!
Ce quatrième volet de la série « Shadow Banking » reprend exactement là où s’était arrêté l’épisode précédent. Mathieu Dorval et sa compagne Maureen, sont toujours à Athènes. Ensemble ils enquêtent toujours sur le meurtre de Victor De La Salle, l’ancien mentor et père adoptif de Mathieu.

Après l’assassinat d’Alecos Paparakis, - un ami de Maureen à qui nos deux héros avaient été demander de l’aide -, assassinat auquel ils ont échappé de justesse, nos deux héros décident de poursuivre la piste du mystérieux financier grec Elias Glycos. Ils découvrent que l’ancien bras droit de celui-ci, - un jeune trader du nom de James Bolton -, aujourd’hui retiré du business, est enseignant la finance à l’université de Chicago.

Nos deux héros décident de se rendre aux États-Unis d’Amérique, pour lui poser certaines questions… Mais ils n’ont plus ni argent, ni papiers et ne peuvent plus compter sur l’aide de «Skull» l’ami hacker de Mathieu…

Bien, je dois dire qu’il n’y a plus grand-chose à sauver dans cette série de BD! L’absence de M. Frédéric BAGARRY, l’ancien trader, - qui conseillait Éric CORBEYRAN et Sylvain LACAZE, sur les deux premiers volumes de la série, en mettant sa connaissance du monde de la finance au service de cette BD -, a définitivement «tué» l’intérêt de cette série!
Encore une fois, l’histoire part dans tous les sens, tourne beaucoup en rond, mais n’aboutit jamais nulle part…
A croire que les scénaristes ne savent pas eux même où mener leur histoire, et nous la «rallongent» à souhait, afin de la faire durer. La preuve le scénario de ce quatrième tome est le copié-collé exact du troisième! Nos deux héros ont un adjuvant qui les aide en leur fournissant faux-papiers et argent, ils découvrent un témoin clef qui par son témoignage peut les aider, mais (comme par hasard), les «méchants» le savent aussi, le retrouvent et l’assassinent en mettant en scène un accident de voiture. Accident auquel (comme par hasard) nos deux héros échappent miraculeusement…
Seule différence le tome III se passe en Grèce et le tome IV aux États-Unis d’Amérique.
D’ailleurs, les scénaristes nous ont déjà fait le coup du « personnage » qui meurt suite à un accident de voiture à 3 reprises, dans les tomes II ; III et IV… Vous avez dit manque d’imagination ?

Et je dois dire que même les dessins du français Éric CHABBERT sont cette fois-ci moins bons que dans les volumes précédents. Notamment les visages. Manque d’inspiration ? Manque de renouvellement, de volonté ? Enfin Monsieur, cela fait trois volumes, trois pays et deux continents que Maureen est habillée de la même façon avec sa robe bleue à fermeture éclair sur le devant, vous croyez vraiment que c’est plausible ?...

Franchement une série à oublier !