Le Chant des abeilles
de Jacqueline Freeman

critiqué par Colen8, le 17 septembre 2017
( - 76 ans)


La note:  étoiles
Hymne à de chères amies
Une apicultrice américaine engagée dans la biodynamique et la protection du vivant raconte comment elle en est venue à entendre les abeilles au point de leur prêter sa voix pour engager un dialogue constructif avec la gent humaine, afin de corriger le manque parfois et même souvent flagrant de bienveillance que nous manifestons à leur égard. La partie rationnelle du récit rappelle que les bienfaits apportés par la ruche et par leurs occupantes, connus depuis des temps immémoriaux pourraient bien disparaître à tout jamais si l’on ne régule pas les cultures intensives bombardées d’insecticides, de pesticides et d’herbicides au point d’empoisonner toutes les populations, y compris les nôtres. En plus du miel, de la gelée royale, du pollen, de la propolis, de la cire, de leurs propriétés apaisantes, antiseptiques, revitalisantes on s’est aperçu que même le venin d’abeille pouvait devenir une thérapie efficace contre certaines inflammations et certains rhumatismes. L’autre partie intercalée avec la précédente exprimerait la spiritualité que les abeilles sont en mesure de transmettre à qui veut bien prendre la peine de les comprendre autrement que dans un simple esprit de profit. Son objectif est de parvenir à une meilleure compréhension de leur participation gratuite à la fécondité des fleurs et des plantes dont dépend une bonne partie non seulement de notre alimentations mais de la biodiversité en général
Nb : Sorti aux Etats-Unis en autoédition, le livre a vite été traduit et publié ailleurs. Mama Editions est une jeune maison versant dans l’ésotérisme. En annexe elle publie des listes d’associations, ONG, organismes francophones agissant en faveur des abeilles, ainsi que des références documentaires.