Pour te perdre un peu moins
de Martin Diwo

critiqué par Alapage, le 7 septembre 2017
( - 44 ans)


La note:  étoiles
Un nouvel auteur à suivre...
Extrait : On aime comme on n’a jamais aimé, on aime comme on ne pensait pas en être capable, et puis, comme tout le monde, un beau jour, on souffre de la maladie la plus douloureuse, du syndrome le plus terrible, du traumatisme le plus violent qui soit, de ce qui existe de plus pénible sur Terre. Oui, un jour, on a le cœur brisé.

Lui & Elle formaient un beau couple, du moins au début de leur relation. Mais un jour, Elle lui annonce qu'elle ne sait plus si Elle l'aime encore. Elle prend donc quelques jours de réflexion pour finalement lui annoncer que tout est terminé!

Lui ne sait plus comment il fera pour vivre sans Elle. Lui alterne entre les moments passés et comment ce sera lors de leur prochaine rencontre. Car il est certain qu'un jour leurs chemins se croiseront à nouveau. Mais pour l'instant, il souffre énormément. Il se demande où leur rupture a bien pu commencer. Lors de ce week-end ou bien lors de cette soirée au cinéma bref, les occasions se multiplient. Et ce n'est que maintenant qu'il se rend compte combien il était heureux à ses côtés.

Extrait : C’est un petit rien qui nous emplit de joie. Qui fait battre notre cœur et sourire nos lèvres. Un petit rien qui justifie l’existence et donne une raison à ce grand Tout.
C’est un petit rien qui devient machinal, automatique. Auquel on s’habitue et dont on boude le plaisir qu’il procure. Qu’on finit par ne plus remarquer et dont on oublie la signification.
C’est un petit rien qu’on regrette et dont on se souvient trop tard, car ce petit rien, s’il n’y en a pas, c’est qu’il n’y en aura plus.

Les émotions nous tombent littéralement dessus dès les premières lignes de ce roman. Nous nous sentons un peu à vif, comme notre protagoniste. Nous le suivons dans ses pensées, dans sa descente. Nous voudrions le consoler et le prendre dans nos bras.

À mesure que l'on avance dans le récit, nous aimerions bien que les choses avancent un peu. Il est vrai que cela demande un certain temps pour remonter la pente suite à une peine d'amour aussi intense, mais en même temps, on se lasse un peu de le voir rêver de ce premier moment où il la reverra. Et ressasser le passé, ne servira pas au futur...

Finalement, on ne sait pas trop si l'auteur a réellement vécu cette immense peine d'amour, mais chose certaine, c'est l'impression qu'il en reste. Il écrit pour essayer de garder ses souvenirs d'Elle près de Lui. Au final, la vie finit par reprendre son cours et le soleil est de retour. Mais la tempête aura été bien longue et douloureuse.

Un premier roman empli de vérités et d'émotions pures. Un nouvel auteur à suivre...