E. M. ou La Divine Barbare: Roman confidentiel non finito de Jean-Noël Schifano

E. M. ou La Divine Barbare: Roman confidentiel non finito de Jean-Noël Schifano

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Pucksimberg, le 3 septembre 2017 (Toulon, Inscrit le 14 août 2011, 37 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 256 

Dans l'intimité de la grande Elsa Morante ...

E.M. c'est Elsa Morante, la grande écrivaine italienne, épouse d'Alberto Moravia. Giannatale c'est Jean-Noêl Schifano son traducteur. Elsa Morante a tenté de mettre fin à ses jours et se retrouve à l'hôpital où elle vit ses derniers instants. Son traducteur reste à ses côtés, recueille ses confidences et permet ainsi au lecteur d'entrer dans l'intimité de cette femme reconnue et touchante. Elle semble, dans un dernier souffle, donner certaines clés pour comprendre son oeuvre. Evidemment ce roman est de la fiction, mais une résonance autobiographique est inévitable, d'où le sous-titre "roman confidentiel".
Le lecteur découvre l'enfance d'Elsa Morante, avec une mère institutrice directe et deux pères, le premier qui est impuissant et méprisé par la famille, le second qui a fécondé sa mère, c'est tout ... Ces points servent de matrice à une majorité des textes de Morante. Moravia, Visconti, Pasolini sont aussi des figures marquantes de ce roman qui met en scène des figures mythiques de l'Italie du XXème siècle. En toile de fond, c'est le fascisme qui est évoqué et qui a eu une incidence sur l'enfance d'Elsa Morante car sa mère est de confession juive.

Jean-Noël Schifano parle aussi de lui, donne quelques informations sur son enfance et sur ses débuts de prof de fac. Ce qui est assez troublant dans ce roman, c'est que les signes de ponctuation qui renvoient au dialogue ne sont pas toujours distincts et le lecteur en vient à confondre parfois les propos des deux personnages. Morante et Schifano ne font plus qu'un parfois, parlent une même langue, elle qui a écrit, lui qui l'a traduite, comme si l'on ne pouvait plus distinguer les deux personnages. Les confessions de Schifano soulagent Morante qui a besoin d'entendre des anecdotes qui lui permettent d'échapper à sa triste condition, elle qui ne supporte pas de vieillir.

J'ai lu ce roman d'une traite. Le sujet m'a passionné et m'a donné encore plus envie de lire les textes de Morante, Moravia et Pasolini. Que de figures fascinantes et incontournables dans le monde artistique du siècle dernier ! Il ne faut surtout pas imaginer que ce roman décortique tous les traitements que suit Elsa Morante, ce n'est pas une analyse du milieu hospitalier ! C'est surtout une discussion passionnante et profondément humaine entre deux figures littéraires qui se font totalement confiance et qui se livrent en toute simplicité.

Passionnant !

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: E. M. ou La Divine Barbare: Roman confidentiel non finito

Il n'y a pas encore de discussion autour de "E. M. ou La Divine Barbare: Roman confidentiel non finito".