Les délices de Tokyo
de Durian Sukegawa

critiqué par Nathavh, le 29 août 2017
( - 53 ans)


La note:  étoiles
Magnifique
Merci à Julie de m'avoir proposé de la rejoindre dans sa lecture et d'en faire une LC. J'avais acheté ce titre à sa parution et il attendait sagement son tour.

C'est un joli coup de coeur.

Sentarô est gérant de DORAHORU, il est marchand de "dorayaki" , une pâtisserie japonaise. Il s'agit de deux crêpes (genre pancake) renfermant l'ân, la pâte de haricot rouge azuki.

Sa boutique se trouve devant un cerisier marquant le fil des saisons.

Un jour au printemps, il rencontre une vieille dame ; Tokue Yoshii qui lui demande de travailler avec lui. Elle revient plusieurs fois avec la même question . Elle a 76 ans, les doigts tordus, abîmés. Elle finira par le convaincre en lui faisant goûter sa pâte de haricot rouge azuki, un vrai délice.

Sentarô finira par céder séduit par la pâte et le maigre salaire réclamé. Il l'engagera. Un bon choix car la clientèle augmentera et se pressera pour déguster les "dorayaki".

Tokue et Sentarô sont très différents pourtant ils ont beaucoup plus qu'ils ne le pensent en commun : une grande solitude et un secret lourd à porter.

La première partie du roman est très "gourmande", l'auteur ayant reçu une formation de pâtissier ne se prive pas de nous faire saliver, on a vraiment envie de les goûter ces fameux "dorayaki".

La seconde partie, elle , nous livrera les secrets de nos deux protagonistes et un pan de l'histoire insoupçonné du Japon.

Avec beaucoup de sensibilité, de délicatesse, un récit qui partage l'amour de la cuisine mais aussi l'amour de la vie, la résilience. Un récit qui nous parle avec poésie et émotion des souffrances du corps et du coeur, de la honte mais aussi de la solitude, de l'enfermement.

La nature et le cerisier qui évoque le passage des saisons sont fort présents. Une plume moins épurée qu'à l'habitude pour ceux qui craignent la littérature japonaise, une plume poétique qui nous interpelle sur l'écoute et le sens de la vie. Délicatesse et émotions au rendez-vous.

C'est un immense coup de coeur. ♥♥♥♥♥


Voici l'avis de ma binôme Julie des Petites lectures de Scarlett.
Une facette méconnue du Japon 7 étoiles

Les délices de Tokyo est un petit roman léger, qui se lit facilement et qui possède tous les ingrédients qui font le charme de la littérature japonaise, notamment pour le dépaysement qu’il provoque chez le lecteur.
Je ne reviendrai pas sur l’histoire parfaitement résumée par la critique principale mais je vais m’attacher à mon ressenti de lecteur qui a tout de même une bonne expérience de la littérature japonaise.

Pour commencer il faut noter l’originalité de l’histoire mêlant l’aspect culinaire à une part méconnue de l’histoire japonaise. J’ai apprécié la manière dont l’auteur retranscrit subtilement la beauté de la cuisine japonaise à travers la confection de cette spécialité typiquement nippone qu’est le Dorayaki. A cela s’ajoute des personnages originaux de par leurs conditions mais surtout leurs histoires respectives.

Le rythme des saisons marqué par la floraison des cerisiers, « Sakura », le rythme nonchalant, le style simple mais élégant que l’on rencontre souvent chez les auteurs japonais (et il faut une fois de plus souligner l’excellent travail de traduction) sont autant de points positifs qui font des délices de Tokyo un roman original et agréable à lire.
Cependant comparé à mes anciennes lectures japonaises Les délices de Tokyo ne sort pas du lot. Cette lecture fut agréable et rafraîchissante mais pas un coup de cœur.

Sundernono - Nice - 35 ans - 29 novembre 2017