Le Seigneur des Isles, Tome 3 : La servante du dragon
de David Drake

critiqué par Goupilpm, le 8 septembre 2017
(La Baronnie - 60 ans)


La note:  étoiles
Beaucoup trop fouillis !
Comme il est dans l'habitude de l'auteur de regrouper tous ses personnages en fin de tome, l'on retrouve l'ensemble des protagonistes à Valls. A l'instar de Garric nommé prince-héritier par le roi Valence III après la défaite de la reine-dragon, l'on retrouve la plupart des personnages à gérer des problèmes administratifs, à recevoir des délégations de représentants de régions ou de corporations venant présenter leurs doléances suite à une politique de gestion du royaume plus équitable mais qui ne séduit pas les plus riches.

Alors que Sharina, qui va occuper le premier plan, s'apprête à partir en délégation auprès d'un Comte qui veut se proclamer roi de son île, elle va être enlevée par un oiseau géant et va devoir servir un humanoïde dragon mort depuis un millénaire. En parallèle le royaume est menacé par une armée de morts-vivants invoquée par un groupe de nécromants, et ce créatures de l'Outre-Terre également invoquées.

Comme on ne peut que le constater les postulats de départ se révèlent une fois encore des plus simples, pour ne pas dire carrément simplistes.

Les personnages vont se retrouver séparés, esseulés pour la plupart, baladés de tous les côtés dans d'autres époques, dans d'autres plans. Des personnages qui à l'instar des deux tomes précédents vont se retrouver dans des situations les plus abracadabrantes subissant ce qui leur arrive sans vraiment pouvoir influer sur leurs actions. Les personnages sont comme figés dans les aventures et bien entendu n'évoluent pas d'un iota.

Une succession de mini-aventures qui se suivent sans vraiment de liens entre elles. Le récit s'avère une fois de plus décousu, sans ligne directrice, et les longueurs succèdent aux longueurs. L'action est fort peu présente et lorsqu'il y a un combat il n'est pas suffisamment exploité pour donner un peu de rythme au récit. Tout comme les personnages, le lecteur subit tout en se demandant si l'auteur n'a pas voulu faire une parodie de la fantasy. On a la nette impression de se promener dans un très mauvais Jeu de Rôle où il faut du quantitatif pour faire durer le plaisir.

Les chapitres alternent en leur sein les péripéties de chacun des personnages ce qui nous donne une histoire complètement hachée, les points qui auraient être plus intéressants sont sectionnés en plusieurs parties... Le lecteur n'a qu'une envie c'est d'arriver au dernier chapitre pour retrouver les personnages tous sains et saufs, sans la moindre égratignure malgré tous les dangers auxquels ils ont dû faire face.

Au final, aucune évolution au fil des opus, et si le fond de l'histoire évolue quelque peu la forme ne change pas, c'est très stéréotypé. Pour la suite de Garric et de ses amis, seuls les lecteurs anglophones pourront les découvrir et on ne peut que leur souhaiter bon courage et opiniâtreté.