Brancusi
de Doïna Lemny

critiqué par Veneziano, le 22 août 2017
(Paris - 40 ans)


La note:  étoiles
La beauté du classicisme à l'épure abstraite
Le sculpteur roumain a bénéficié d'une formation classique à Bucarest puis à Rome, avant de s'installer à Paris. Ses débuts d'artiste se sont avérés figuratifs. Puis, par simplification des formes, il en est arrivé à l'abstraction. A cette fin, il a utilisé sa fameuse épure des formes, apparemment si simple et pourtant si sensuelle. L'influence tant de l'antiquité et des arts primitifs, tant africains qu'asiatiques, se fait sentir dans son oeuvre, dans ses nouveaux-nés, danaïdes, oiseaux ou colonnes. Le primitif pour incarner la modernité et la beauté intemporelle a constitué un défi réussi, auquel j'avoue être sensible. Aussi l'art abstrait se ressent-il au moins autant qu'il se comprend.
Mais cette courte monographie explique-t-elle l'essentielle de l'oeuvre et de son évolution. Elle constitue l'un des opus thématiques édités par les éditions du Centre Georges Pompidou qui abrite son atelier. Ce livre court constitue un bel hommage et peut représenter une belle initiation pour découvrir l'artiste.