Tierra del Fuego
de Francisco Coloane

critiqué par Myrco, le 2 septembre 2017
(village de l'Orne - 68 ans)


La note:  étoiles
Histoires rudes du bout du monde
Apreté des paysages, des vies, des hommes... C'est ce même univers que l'on retrouvait une vingtaine d'années après "Cap Horn" (*) sous la plume sans concession de l'écrivain chilien.
Dans ces décors de grandiose et pesante solitude de l'extrémité sud du continent américain, qu'il s'agisse des étendues infinies de la pampa fuégienne ou des plus ou moins dangereux " labyrinthes aquatiques" proches du Détroit de Magellan, la nature ne fait pas de cadeau et scelle souvent le destin des hommes qui s'y aventurent, hommes en provenance de tous horizons, marins, chercheurs d'or, employés d'estancias exploitant d'immenses troupeaux ovins.
Dans un tel environnement coupé du monde civilisé, il n'est pas rare que se libère leur part d'ombre, que s'annihile en eux leur dose d'humanité lorsqu'ils ne sombrent pas dans la folie, les comportements étranges ou l'anéantissement. Se révèlent alors la noirceur des âmes, les pulsions criminelles ou même bestiales qui peuvent mener au pire voire à l'abjection la plus totale, d'autant que peuvent s'ajouter à cela la frustration sexuelle et l'alcool qui inhibe les peurs et les scrupules.
"Peu à peu, le cœur devient comme ces broussailles encombrées de racines tordues et si noires qu'elles ne sont plus capables de donner une seule tige d'herbe verte..."
Pourtant, de temps à autre, s'allume une lueur d'espoir que suscitent un acte d'héroïque dignité, un geste d'humanité envers un blessé que l'on n'abandonne pas, ou une tendresse réveillée par un petit être fragile au cœur d'un homme endurci... lueur bien vite rattrapée et ensevelie par la dure réalité.

"Tierra del Fuego" passe pour être LE chef d'œuvre de Coloane. Il n'est pas impossible que le fait de l'avoir lu après "Cap Horn" à quelques mois d'intervalle ait faussé ma perception et joué en sa défaveur. Mais, bien qu'il s'inscrive dans la même veine, la même unité d'inspiration, je lui ai personnellement préféré le précédent recueil dont les nouvelles m'ont paru d'une écriture souvent plus élaborée et m'ont laissé dans l'ensemble une impression plus saisissante.

(*)http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/49800