La reine de Zangalar
de Emilie Querbalec

critiqué par Goupilpm, le 16 août 2017
(La Baronnie - 60 ans)


La note:  étoiles
Univers SF mâtiné de Fantasy
La reine Analaya se rend dans un laboratoire où l'on clone des soldats et découvre que son mari, le roi de Zangalar, a fait effectuer une réplique rajeunie d'elle-même. Elle n'a plus qu'un seul désir : se venger.

La reine de Zangalar entraîne le lecteur dans un univers de Science-Fiction exotique mâtiné de Fantasy.

Si cette nouvelle nous offre un univers totalement différent de ceux-habituellement rencontrés dans le genre, la thématique sur laquelle nous fait réfléchir l'auteur n'est pas trop éloignée des préoccupations actuelles de nos concitoyens, à savoir, pour la femme continuer de plaire lorsqu'on vieillit, et pour l'homme chercher une femme plus jeune.

Avec une écriture fluide et ciselée, des personnages complexes dans leurs caractères l'auteur nous offre une nouvelle plutôt sympathique qui accroche le lecteur dés le premier paragraphe et ceci jusqu'au point final. Les descriptions sont très bien rendues, très visuelles tant dans la description des paysages que dans la description des personnages. Le combat final est très bien réalisé, l'auteure ayant réussi à faire monté le suspense crescendo par le biais d'une narration très évocatrice.

L'intrigue s'installe et se développe peu à peu au fil des paragraphes tandis que la tension monte progressivement jusqu'à une fin qui s'avère pas aussi évidente que l'aurait laissé penser la lecture. Un dénouement auquel aurait pu s'attendre le lecteur mais qui surprend les antagonistes.

L’auteure nous offre une courte fiction où amour, jalousie, combat à mort côtoient un univers fouillé, le tout dans un style fluide et plaisant ; et le lecteur n’a qu'une envie que de retrouver la plume poétique de l'auteur dans de nouvelles aventures.