Éternité - L'Intégrale
de Magali Ségura

critiqué par Goupilpm, le 13 août 2017
(La Baronnie - 60 ans)


La note:  étoiles
Univers innovant, mais rythme lent.
C'est sur Terre de Sel, un monde peu accueillant que l'on découvre la protagoniste principale, une sorcière Mineure, et son fils Jelis qu'elle a eu avec un guerrier de l'Acier. Sur cet archipel d'îles, un monde géographiquement plutôt restreint, la Magie ne peut être compatible avec l'Acier qui a reçu l'Invincibilité pour mettre fin aux exactions des sorciers Majeurs particulièrement cruels de nature. Tous les cinq cents ans, sur Terre de Sel, les Dieux font l'offrande aux humains d'un pouvoir appelé la graine. Naslie est la quatrième Élue , qui après la Magie, l’Invincibilité, la Jeunesse, s'est vue confier celle de l’Éternité. Naslie plutôt que de confier cette graine aux Majeurs a choisi de l'offrir à la Terre.

Après un prologue rappelant, en partie, les faits qui se sont déroulés neuf ans plus tôt, l'auteure développe son univers par petites touches tout en nous présentant les personnages qui ont un rôle à jouer dans cette histoire assez simple sur le fond. Si son univers se révèle très original, avec une terre quasi-désertique et peuplée de créatures plus effrayantes les unes que les autres, il est géographiquement peu étendu consistant en une grande île principale. Si le mode de vie et les us et coutumes des habitants sont assez bien dépeints, les relations entre les différentes cités sont peu développées. Les habitants vivent en quasi autarcie.

Le postulat de départ s'avère des plus simple consistant pour l’Élue, en fuite depuis neuf ans , à échapper au sorcier Majeur qui la traque par ses pouvoirs magiques pour lui avoir refusé la graine. Le récit est certes intéressant mais il manque quelque peu de profondeur, et se révèle dans sa première partie une peu confus. Certains points comme les relations entre la Magie et l'Acier ne sont pas assez explicités, et les informations qui nous sont livrées à ce sujet paraissent trop simplistes et ne parviennent pas à nous convaincre.

Malgré des descriptions assez bien dosées des cités et paysages que l'on découvre dans les pas de la jeune sorcière et des rebondissements assez nombreux la dynamique de lecture est lente. L'auteur attache plus d'importance aux émotions de ses personnages qu'à l'action proprement dite et au développement de l'intrigue. En fin de première partie l'histoire prend enfin un peu plus de rythme, mais retombe dès le début de la seconde. Une partie certes plus sombre que la première mais l'on garde l'impression de répétitions notamment dans les interactions verbales entre les protagonistes principaux et leurs émotions prennent encore un peu trop le pas sur l'intrigue. Le point fort dans le récit est à ce moment de la lecture, c'est de maintenir le mystère sur l'identité de la créature qui tire les ficelles dans l'ombre, gardant ainsi l'attention du lectorat malgré une course-poursuite qui s’essouffle. Quand on découvre la véritable nature du Majeur le récit prend un peu plus de profondeur et de rythme.

La troisième partie se veut plus dynamique et plus attractive malgré la persistance de tous petits détails encore dérangeants.

Côté personnages si l'on n'a aucun mal à s'attacher à l'enfant , on a un peu plus de mal avec les parents malgré ce qui leur arrive. C'est certainement dû à leurs constantes chamailleries qui émaillent la majorité de leurs inter-actions verbales. Si avec ces joutes oratoires, l'auteure a tenté de mettre une pointe d'humour à son récit, l'effet escompté n'a pas fonctionné sur nous. Peut être un peu trop puérils.

C'est donc sur un avis mitigé que l'on referme cet ouvrage. On a un univers qui offre un dépaysement certain, mais l'auteur aurait pu aller plus loin dans le développement de son monde. Certes certains personnages sont attachants, mais d'autres se révèlent parfois à la limite de la caricature.

La tension est parfaitement maîtrisée, elle monte progressivement jusqu'à un final malheureusement prévisible depuis la rencontre entre Naslie et Nel.

Les thématiques développées par l'auteure, à partir du concept fort simple de l'opposition entre Acier et Magie, sont un des points forts de cet ouvrage, et d'actualité avec ce qui se passe dans le monde actuellement.

L'histoire se déroule sur un laps de temps assez court mais l'on garde à la fermeture de la dernière page l'impression que le récit s'est déroulé sur une période plus longue. Certainement dû à des passages lents assez nombreux, d'un développement des combats insuffisamment travaillé à notre avis. On aurait aimé un côté épique plus prononcé et plus spectaculaire, l'opposition entre la Magie et l'Acier offrait sur ce point une grande latitude. Le côté trop intimiste de l'histoire nous a un peu dérangé. On a eu un peu de mal dans le final avec le fait qu'une armée n'arrive pas à se débarrasser de deux volants alors que le héros de la nation a réussi seul à s'en défaire d'un seul. Certes si cela est en phase avec la teneur de l'histoire cela fait un peu surhomme et manque un peu de crédibilité .

On a tout de même passé un bon moment de détente avec cet ouvrage même si l'on a apprécié plus l'oeuvre précédente de l'auteur.