Les Pieds Nickelés visitent les châteaux de la Loire
de Julien Moca (Scénario), Gérald Forton (Dessin)

critiqué par Antihuman, le 3 août 2017
(Paris - 34 ans)


La note:  étoiles
"...ça, c'est français Messieurs-Dames !"
Contrairement à ce que doivent penser certains lycéens de bonne famille (trop) montés en graine, il serait bon de signifier la définition première des "pieds-nickelés": donc « ceux qui ne sont pas portés sur le travail », nickel signifiant par-là même « être très propre » d'après l'aspect blanc et argenté de ce métal. Blancs, c'est ce que ne sont qu'épisodiquement, par force, les pieds et la sueur qu'exploitent précisément les perpétuels pieds blancs « argentés ». Les pieds-nickelés sont donc des gens qui non seulement ne sont pas syndiqués ou appartiennent à quelque groupe d'un Castro de théâtre, mais qui refusent d'être INSOUMIS en servant d'une manière ou d'une autre le nanti peu doué pour la révolte mais capable de virer tout le monde.

Voilà.Maintenant on peut redécouvrir ces héros anti-sermonneurs, anti-flics (ils ont bien souvent dans leurs aventures le front bas et la casquette enfoncée), anti-idiots, hâbleurs et très drôles, et constamment en route vers quelque fortune - qu'ils réussissent le plus souvent, au contraire donc de ce que pensent certains ignorants.Parce qu'ils sont malins et indépendants...

Et ce n'est pas aujourd'hui que cette BD de légende prendra fin.


résumé

Les Pieds nickelés, créés par Louis Forton en 1908 sont de retour. C'est Gérald, le petit-fils, qui a repris le flambeau sur un scénario de Moca. Dans ce nouvel album, nos trois compères Ribouldingue, Croquignol et Filochard vont vivre leur aventure en longeant la Loire, au gré des monuments historiques. Expulsés de leur appartement suite aux loyers impayés, il leur faut trouver de l'argent. Comment ? Ils vont tenter de travailler, mais chaque nouvelle expérience sera une catastrophe de plus.