Le bâtard de Kosigan, Tome 3 : Le marteau des sorcières
de Fabien Cerutti

critiqué par Hermer, le 31 août 2017
( - 33 ans)


La note:  étoiles
Le point culminant (pour l'instant) de la saga!
Synopsis : 1341, sur les traces de son passé, le Bâtard de Kosigan et sa compagnie s’enfoncent dans les profondeurs de l’Empire germanique au service d’un puissant seigneur du Rhin. Les mystères s’épaississent, mêlant complots, magie et religion, sur fond de chasse aux sorcières. Le chevalier devra naviguer avec prudence sur des eaux redoutables où l’Inquisition rôde et où il est parfois difficile de distinguer amis et ennemis. À quelques siècles d’intervalle, Kergaël de Kosigan tente d’élucider les interrogations soulevées par les écrits de son ancêtre. Mais remuer les secrets de l’Histoire s’avère périlleux et la vérité a toujours un prix.
Joutes verbales, combats épiques, séduction et manipulations ; on retrouve avec grand plaisir la fougue et le panache de la maison de Kosigan.

Le Marteau des Sorcières (Malleus Maleficarum) tel est le nom qui inspirera plus tard le fameux traité de chasse aux sorcière de Jacob Spenger et Heinrich Kramer. À en croire les écrits du chevalier Pierre Cordwain de Kosigan, ce terme était également le surnom de Juan Ginès de Las Casas, cardinal du Saint-Office de l’Inquisition et légat du pape à Cologne qui fait planer l'ombre de la violence sacrée sur la région de Cologne en 1341. Il est clair que l'homme ne plaisante pas avec les tenants des anciennes races ni avec ceux qui disposent de pouvoirs interdits. Tout particulièrement les enjômineuses du Mondkreises (le Cénacle lunaire) qui s'appliquent à échapper de leur mieux à ses assiduités...
Le problème c'est que le chien de guerre, héros éponyme du roman, le célèbre condottiere de Kosigan, a dans les veines du sang ancien qu'il souhaite dissimuler et qu'il aspire néanmoins à rencontrer pacifiquement les dites sorcières...
En quête de réponse sur les origines de ses capacités surnaturelles et sur la jeunesse de sa propre mère qui a vécu en Westphalie du temps de sa jeunesse, le chevalier mercenaire va tenter de jongler entre le puissant Inquisiteur, le prince électeur Dagmar von Hohenstaufen et les très discrètes sorcelières.

Parallèlement, en 1900, son lointain descendant, épaulé de ses collègues et amis historiens, découvre de plus en plus de choses sur la disparition de pans entiers de l'histoire du monde depuis le Moyen-âge. Ils remontent la piste de la mystérieuse organisation qui les observait dans l'ombre. Leurs découvertes sont passionnantes, à tel point qu'on se prendrait presque à s'interroger sur la nature du roman que l'on a entre les mains...

Au total, un immense plaisir de lecture, dévoré en deux jours. Dans un style toujours fluide, agréable. La saga acquiert de plus en plus de sens et de profondeur tout en demeurant vive et prenante. Le suspense de fin flirte avec l'insoutenable. Impressionnant.