Keleana et le seigneur pirate
de Sarah J. Maas

critiqué par Goupilpm, le 21 juillet 2017
(La Baronnie - 60 ans)


La note:  étoiles
Pour découvrir l'héroïne
Ayant précédemment lu les deux premiers opus de la série on pouvait prétendre à découvrir la jeune femme au sein de sa guilde, d'en apprendre plus sur sa formation, de découvrir plus profondément sa psychologie mais il n'est est rien !

En effet trois membres de la guilde ont été tués, et c'est sur le faux prétexte de demander réparation au Seigneur des Pirates que Keleana est envoyée par Arobyn, le maître de sa guilde, sur l'île de Skull Island. En fait c'est ce que croit la jeune femme, mais la vraie raison est qu'Arobyn veut passer un accord commercial pour acquérir des esclaves. Keleana et l'autre assassin qui l’accompagne ne sont là que pour s'assurer de la bonne marche de ce contrat.

Mais la jeune femme a le respect de certaines valeurs morales, notamment l'honneur. Sur ce point là on n'adhère pas du tout au point de vue de l'auteure car il n'est pas possible d'admettre qu'un assassin puisse avoir de telles réactions poussées au paroxysme. L'auteure a en effet un peu trop insisté sur les réactions de la jeune femme qui prennnent plus de place que l'action en elle même, il y a un déséquilibre dans le récit.

L'univers de cette nouvelle est plutôt restreint car tout se passe sur l'île des pirates et dans des lieux bien précis. Comme dans les romans suivants l'auteure ne nous offre que des univers très fermés. Et plutôt que de nous faire découvrir des lieux intéressants, elle s'attache trop à faire ressentir les introspections de ses personnages. Si l’île est insuffisamment dépeinte, l'ambiance est, elle, très bien dépeinte, on a l'impression d'être présent sur les lieux fréquentés par les pirates.

Les protagonistes se révèlent intéressants à suivre , car limités au Seigneur Pirate et aux deux assassins. L'auteure a réussi, malgré un nombre retreint de pages, à bien les dépeindre pour que l'histoire prenne vie dans notre esprit. L'héroïne comme dans les deux romans qui suivent se révèle trop hautaine pour le lecteur qui ne parvient pas à ressentir de l'empathie pour cette jeune femme un peu trop caractérielle.

Les combats sont visuels, bien que l'on ressente que l'auteure ne maîtrise pas pleinement ce domaine, ce qui va se vérifier dans le tome un lors du tournoi.

Le point fort de l'auteure c'est son style fluide, incisif, percutant. L'histoire se déroule sur une excellente dynamique et l'on passe un bon moment de détente à défaut de connaître la jeunesse de l'héroïne.