Les Chroniques de la Canongate
de Walter Scott

critiqué par Romur, le 14 juillet 2017
(Viroflay - 45 ans)


La note:  étoiles
La fin des Highlands
Canongate est un quartier d’Edimbourg où le narrateur fictif Chrystal Croftangry est venu s’établir sur la fin de sa vie et où il est sensé écrire ses chroniques en s’inspirant de manuscrits de son amie Bethune Baliol
Les Chroniques de la Canongate (titre original en anglais, Chronicles of the Canongate) est le titre collectif sous lequel sont édités
• le roman « autobiographique » de Chrystal Croftangry, un peu long et fastidieux
• une première série comprenant La Veuve des Highlands, Les Deux Bouviers et La Fille du chirurgien ;.
• une seconde comprenant La Jolie Fille de Perth.
J’ai lu la première partie des Chroniques après Waverley du même auteur. Heureux enchaînement, car si Waverley raconte les mésaventures d’un jeune Lord anglais entraîné dans la seconde rébellion jacobite de 1745-1746, les Chroniques dépeignent l’Ecosse après sa mise au pas définitive par les anglais. A travers quelques récits et anecdotes, Walter Scott raconte dans son style toujours alerte le choc des cultures, la fin du système de clans et du règne des Highlanders.
On n’est pas au niveau d’un Maupassant, mais les Chroniques méritent d’être lues si vous vous intéressez à l’histoire de l’Ecosse.