La révolution sociologique
de Marc Joly

critiqué par Colen8, le 11 juillet 2017
( - 76 ans)


La note:  étoiles
Au confluent de la science et de la philosophie, la sociologie change la perception de l’humain
Le fruit d’une recherche de bénédictin dans des archives et des correspondances inédites offre à Marc Joly une grille d’analyse de plusieurs temps forts de la genèse de la sociologie tant en France qu’en Allemagne. La sociologie, néologisme attribué à Auguste Comte (1839), a longtemps été synonyme de psychologie sociale jusqu’à ce qu’Emile Durkheim en établisse les fondements théoriques avec « Les règles de la méthode sociologique, 1901 » pour une partie de l’école française. L’Allemagne pendant le même temps en orientait les développements dans une direction différente sous la houlette des Simmel, Tönnies, enfin et surtout Max Weber. En quelques décennies avant et après 1900 dans un environnement chamboulé par de multiples révolutions(1), elle s’est positionnée comme une discipline à part entière entre la science dont elle utilisait les méthodes quantitatives, et la philosophie qu’elle a détrônée de sa position dominante sur la pensée, le savoir et la connaissance, position déjà largement ébréchée par la réussite spectaculaire de la dite science.
Nous qui sommes plongés en permanence dans les réseaux sociaux, abreuvés de sondages, d’enquêtes d’opinion, d’études sur les représentations et les comportements collectifs avons du mal à concevoir le bouleversement apporté par la sociologie dans les humanités, la remise en cause de la perception de l’être humain, les interdépendances contribuant à son développement. Le dualisme individu/société a été combiné dans une structure multidimensionnelle formant un tout avec la biologie, la psychologie et la sociologie. C’est un travail universitaire original mais touffu sur une période très particulière de l’évolution des idées. Plusieurs contributions marquantes au sein duquel la sociologie naissante a creusé son sillon sont ainsi mises en avant, par exemple celle de Gabriel Tarde, magistrat criminologue dans une modeste ville provinciale du sud-ouest auteur de « Les lois de l’imitation, 1890 », ouvrage majeur qui lui a donné une importance comparable à celle d’Emile Durkheim. L’analyse porte sur bien d’autres contributeurs, leurs oppositions ou leurs rivalités.
(1) Pêle-mêle : le capitalisme industriel associé à l’apparition d’une classe ouvrière, les inventions technologiques des chemins de fer, de l’électricité, du télégraphe, l’évolution darwiniste, les courants marxistes, la psychanalyse, les mouvements politiques plus ou moins violents qui redessinent la carte du monde occidental, la découverte des fossiles propre à remettre en cause les grands récits des origines, etc.