Les yeux de Edith Wharton

Les yeux de Edith Wharton
( The eyes)

Catégorie(s) : Littérature => Anglophone

Critiqué par Saint-Germain-des-Prés, le 30 avril 2004 (Liernu, Inscrite le 1 avril 2001, 49 ans)
La note : 9 étoiles
Moyenne des notes : 9 étoiles (basée sur 3 avis)
Cote pondérée : 6 étoiles (9 550ème position).
Visites : 2 232  (depuis Novembre 2007)

Trompe-l’œil

Continuant mon périple en territoire whartonien, je suis ravie d’avoir croisé ce minuscule ouvrage où l’auteur aborde un thème que je ne lui connaissais pas : les fantômes. A la fin d’un bon repas, quelques invités et leur hôte se sentent d’humeur à raconter des histoires de fantômes. Chacun y va de ses souvenirs et de ses commentaires jusqu’à ce que Culwin, vieux monsieur qui aime s’entourer de jeunes hommes élégants, prenne la parole.

Dans sa jeunesse, Culwin a été amené à demander une jeune femme en mariage par pure bonté d’âme. Particulièrement fier de sa bonne action, il en ressent néanmoins le poids et en mesure la gravité. Lorsque, ce soir-là, il éteint sa bougie et s’apprête à s’endormir, quelque chose le retient. Il ouvre les yeux, sentant une présence indéfinissable. Et voilà qu’il distingue dans le noir deux yeux qui le fixent. Que sont-ils, ces yeux qui reviendront, nuit après nuit, empêcher son sommeil ?

Bien entendu, le livre est bien écrit et la finesse de l’approche à laquelle Wharton nous a habitués ne fait pas ici défaut. Mais je retiens surtout la fin déroutante de cette brève histoire (une petite quarantaine de pages). L’édition des mille et une nuits propose une courte analyse du récit qui gagne à être lue pour préciser et confirmer ce qu’on a soi-même ressenti à la lecture.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Histoire de fantôme

9 étoiles

Critique de Clarabel (, Inscrite le 25 février 2004, 41 ans) - 30 juin 2005

"Nous étions d'humeur à parler fantômes, ce soir-là, après un excellent dîner offert par notre vieil ami Culwin et le conte de Fred Murchard - le récit d'une étrange visitation personnelle."
Ainsi commence la nouvelle "Les yeux" dans laquel on s'embarque littéralement ! Histoire de fantôme, comme savent savamment en combiner les anglo-saxons, un cocktail pétillant d'histoire courte avec des esprits mystiques, des apparitions nocturnes et une ambiance glaciale ! Edith Warthon, excellente élève, livre un exercice quasi parfait ! Son narrateur raconte l'histoire vécue de ce Culwin, l'hôte de cette soirée étrange, au coin du feu, entre cigares et eau gazeuse, autour d'une petite assemblée de "jeunes gens". Par le passé, dans ces jeunes années, Culwin a été l'objet d'apparitions d'yeux, des yeux horribles, terrifiants, à l'expression de "sécurité vicieuse" - "Je ne sais comment l'expliquer : ils semblaient appartenir à un homme ayant commis bien du mal dans sa vie mais qui n'aurait jamais franchi la ligne jaune. Ce n'étaient pas les yeux d'un lâche, mais d'un être beaucoup trop intelligent pour prendre des risques".

Ces yeux apparaissent dans la nuit, l'observent, le narguent et semblent se moquer de lui, du moins ses yeux le hantent et l'obsèdent. Dans quelles circonstances ? Par deux fois, Culwin expose les faits. Ceci pourrait expliquer davantage au lecteur, qui ne peut se contenter des propos évasifs de Culwin. Ce dernier ne semble jamais avoir pris la peine de s'interroger, de comprendre la signification de ces yeux.
Pour le lecteur, en fin de lecture de cette courte nouvelle, on devine aisément quelle sentence dissimulait l'apparition. Toutefois il faut remercier Edith Wharton d'avoir su mettre son récit en point de suspensions, de placer son histoire entre guillemets, dans son principe de tourner autour du pot, de laisser entendre, deviner et non pas mettre les cartes sur table. L'auteur n'hésite pas à dévoiler toutes ses pièces, de manière affûtée. Elle sait également nous placer dans le décor, dans ce salon, la nuit, et l'apparition des yeux est inquiétante et lugubre. Le procédé est efficace, on s'y croit, on tremble et on n'éteind pas la lumière de sa chambre pour s'endormir avant des lustres !


NB : Le texte publié chez Mille et Une Nuits est encore disponible sur le site d'Alapage - 1.47 euros !

Excellente nouvelle

9 étoiles

Critique de Saule (Bruxelles, Inscrit le 13 avril 2001, 52 ans) - 22 juin 2005

Wharton a écrit beaucoup de nouvelles et fatalement la qualité est un peu inégale. Mais assurément "Les Yeux" fait partie des toutes bonnes.

S-G-d-P a très bien résumé l'histoire, et en effet on trouve la finesse habituelle de Wharton, dans le propos comme dans l'écriture.

Le livre est malheureusement épuisé, il faudra attendre une réédition ou le lire en anglais à l'adresse suivante : http://arthurwendover.com/arthurs/wharton.html. Dans ce cas on a pas la postface dont parle S-G-d-P. Je me dis que l'analyse doit porter sur les moments du récits ou apparaissent les yeux, ce qui donne une indication des comportements moraux que Wharton réprouve dans cette nouvelle.

Forums: Les yeux

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Les yeux".