Merlin
de Michel Rio

critiqué par Cédelor, le 24 juin 2017
(Paris - 45 ans)


La note:  étoiles
Une histoire pleine de bruits et de fureurs
« Merlin », je suis entré dedans sans savoir de quoi ça parle, sinon de Merlin, dont, comme plus ou moins tout le monde, je connaissais le nom et ce qu’il était plutôt vaguement que précisément : Merlin, un mage, un enchanteur, qui vivait dans la forêt magique de Brocéliande avec Arthur, Lancelot, Guenièvre, Morgane et quelques autres chevaliers de la table ronde, plutôt des légendes qu’une réalité, avec des faits légendaires (l’épée d’Excalibur, la dame du lac, etc…). Il y a aussi le Merlin de Disney (culture américaine, quand tu nous tiens !), ainsi qu’une BD qui revisitait le mythe d’Arthur à la mode futuriste (qu’à 12 ans, j’avais adoré)… Bref !

Voilà ce que j’en pensais, contes et légendes des temps anciens, parvenus jusqu’à nous et moi, déformés, lapidaires, lacunaires. Est-ce que ces légendes ont un fond de réalité ? Ce n’est pas impossible, je ne saurais le dire, n’ayant jamais lu les textes originaux s’il y en a, ni fait des recherches sur le sujet. Et donc, j’en étais là quand j’ai commencé à lire ce « Merlin » version Michel Rio.

Quand je l’eus terminé (ce qui n’a pas été long, ce bouquin est court, une cent-cinquantaine de pages), bien des choses se sont enrichies dans ma vision de Merlin et de cette époque dans laquelle il vivait. Ainsi, Merlin, ce n’est pas seulement une forêt en Bretagne, Brocéliande, mais également la Grande-Bretagne qui était alors morcelée en territoires occupées par différentes tribus, les Demetea, les Ordovices, les Pictes, les Brigantes, les Silures …. Stonehenge est aussi cité, non comme un lieu magique, mais le lieu où a été couronné roi Arthur.

De fait, il n’y a nulle magie dans ce livre, Michel Rio prend le parti de nous présenter un Merlin humain, et une époque, la sienne, réaliste. Tout n’est cependant pas réaliste dans ce roman (ça reste un roman), mais le contexte dans lequel il se déroule l’est, lui. L’auteur a fait visiblement un très gros travail de recherche pour nous restituer tout ce contexte au plus proche de la réalité (si c’est possible). Ainsi les lieux décrits dans ce roman ont vraiment existé, tels que la forêt de Brocéliande, donc, et aussi le mur d’Hadrien, qui séparaient alors l’île britannique en deux, au sud les tribus britanniques et au nord, les tribus écossaises. Et autres lieux divers par où passe l’histoire du roman, comme Camelot, Carduel…

Et c’est là aussi, qu’on découvre que dans ces années 400 après J-C, toute cette société était composée de multiples tribus qui se combattaient sans cesse. Et le roman n’est pas avare en multiples scènes de batailles bien sanglantes aux champs couverts de milliers de morts bien peu glorieuses (sauf pour les guerriers eux-mêmes), tout à fait réalistes, aux noms oubliés mais peut-être réels : Camlann ou Badon. On se prend vraiment à penser qu’en ces temps-là, c’est vraiment comme ça que cela devait se passer. Une vie cruelle, où guerre et paix se suivaient sans discontinuer, à coups d’épées et de lances. Voilà pour la déco posée du roman par l’auteur, en lui-même déjà très intéressante.

Maintenant, pour l’histoire elle-même, qui s’étend sur une centaine d’années, qui couvre la vie de Merlin (sur 100 années !), elle ne se place pas sur le même plan de réalisme. Pour qui connaît Michel Rio, qui est tout de même un auteur particulier, et donc pour moi, intéressant à ce seul titre, est qu’il fait agir et parler ses personnages comme s’ils étaient des gens hors du commun, capables de discourir philosophiquement sur le sens de la vie et de la mort, sur l’amour, et autres thèmes intellectuels. Certes, on pourrait croire que ça jure affreusement sur le fond historique du roman, mais il n’en est rien, car l’auteur sait nous faire prendre au jeu et le suivre sur les développements qu’il donne au récit. Et c’est là qu’il étonne et passionne, tant par les péripéties tragiques que par les dialogues profonds. Personne n’écrit comme Michel Rio, sachez-le ! Il est une originalité à lui seul ! Ca donne peut-être certains passages un peu ardus à lire mais ils sont peu nombreux.

Au final, un court mais intense roman, qui étonne, intéresse, passionne, instruit, qu’on n’oublie pas de sitôt. Il mérite vraiment d’être découvert, c’est une expérience de littérature qui nous sort à coup sûr des chemins battus. Une histoire pleine de bruits et de fureurs, de guerres et de sang, de trahisons et d’inceste, de réflexions et de questionnements...

Il y a deux suites à ces romans, Morgane et Arthur. C’est noté, je les lirai aussi !