Faux titre de Boris Schreiber

Faux titre de Boris Schreiber

Catégorie(s) : Littérature => Francophone

Critiqué par Henri Cachia, le 12 juin 2017 (LILLE, Inscrit le 22 octobre 2008, 55 ans)
La note : 9 étoiles
Visites : 337 

Un grand auteur insuffisamment reconnu!

Très surpris de ne pas même trouver le nom de Boris Schreiber, dans la liste des auteurs référencés sur ce site, en dépit de la vingtaine d'ouvrages publiés depuis 1958 jusqu'à 2008. Et trois prix dont « La rencontre des absents » (Prix Combat 1962), « La Traversée du dimanche » (Prix Sainte-Beuve 1987), et enfin le Prix Renaudot pour « Un silence d'environ une demi-heure » (1996).

Des éditeurs ayant pignon sur rue depuis des décennies ont publié plusieurs de ses romans, tels que Denoël, Calmann-Lévy, Belfond, Grasset, Jean-Jacques Pauvert, Luneau Ascot, François Bourin, et le Cherche Midi pour ses 5 derniers livres. Les 6 derniers ayant été repris par Folio, avec réimpression.

Lu le dernier :« Faux titre », pour la première fois il y a déjà une année, avec l'envie de le relire une deuxième fois aujourd'hui. Tellement déroutant, que je ne savais pas trop comment en restituer la quintessence.

Pour l'anecdote, il s'agit d'un auteur poursuivant une éditrice dont le comité de lecture a rendu un avis très défavorable sur le manuscrit de celui-ci. Elle ne le sait même pas ; ce n'est pas elle qui en a la responsabilité. Comme dans une agence d'acteurs, chacun s'occupe de son écurie, sans pour autant connaître directement tous les projets des uns et des autres. A force d'un harcèlement très poussé de l'auteur éconduit, va naître une surenchère dans la lutte les opposant tous deux, l'éditrice se prenant au jeu sadomasochiste.

Encore un auteur et un personnage dont la mère a été déterminante. Pour le pire et le meilleur. Le moindre écrit de son petit Borinka était un trait qui annonçait le génie que le monde de la littérature attendait. Oui, maman était très importante, mais il y a aussi le reste du monde. Et en attendant il s'agit de convaincre. Ce qui n'est pas encore le cas, croit-on. Car, il n'arrête pas de se dévaloriser pour un oui pour un non, à se traîner dans la boue, tout en invectivant et reportant la faute sur les autres. Les éditeurs qui n'ont rien compris.
Le personnage principal n'a d'autre nom que Boris qui a 85 ans l'âge de Boris Shreiber. Il récapitule le trajet de sa vie d'auteur, ou ce qu'il en pense au crépuscule de sa vie. Loin d'être une autofiction, c'est bien d'un roman qu'il s'agit.

Ca commence comme un polar :
« J'attends au coin de la rue. Il va faire sombre bientôt. Alors j'attends. La rue est déserte à cette heure-ci. Même dans la journée peu de gens circulent. Et je guette une porte. Elle devrait s'ouvrir dans peu de temps. La femme va apparaître dans peu de temps. Je crois connaître par cœur ses horaires. Une sorte de tension m'étrangle. J'aimerais être tendu dans le silence. Impossible. Mon cœur bat trop fort.. J'essaie en vain de lui imposer silence. A mon âge, on ne peut plus rien imposer à personne. Pas même à soi-même. Et la fatigue monte si vite. Comme l'eau, sournoise, après des jours et des jours de pluie, inonde les maisons des riverains. Et je suis le riverain de mes années perdues. En principe la porte devrait s'ouvrir assez vite sur Cordélia Masson...»
Et ça finit comme ça :
... « Parce que je me sens mal dans la peau de mes quatre-vingt-cinq printemps. Cesse de colorier avec des illusions enfantines ton amertume, ton effroi de l'abîme qui t'attend. La vieillerie est là. La disparition suivra. Depuis quand cette impitoyable trajectoire t'anéantit-elle ? Tu la connais depuis toujours. C'est vrai, depuis toujours. Alors ? L'inconnu est peut-être moins terrifiant que le connu. Plus accueillant peut-être. J'ai enfin compris. Il ne me reste qu'à clopiner, résigné, vers ma révolte. »

Boris Schreiber décédera la même année de la publication de "Faux titre".

C'est son dernier roman, le plus court de son œuvre.
Je me suis procuré très vite « Un silence d'environ une demi-heure », qui lui est un pavé de plus de 1000 pages à la typographie extrêmement serrée, du gabarit d'un gros dictionnaire.

Une vraie découverte, avec l'envie d'entrer pour longtemps dans cet univers.

Connectez vous pour ajouter ce livre dans une liste ou dans votre biblio.

Les éditions

»Enregistrez-vous pour ajouter une édition

Les livres liés

Pas de série ou de livres liés.   Enregistrez-vous pour créer ou modifier une série

Forums: Faux titre

Il n'y a pas encore de discussion autour de "Faux titre".