Le triomphe de la République, 1871-1914
de Arnaud-Dominique Houte

critiqué par Shelton, le 6 juin 2017
(Chalon-sur-Saône - 61 ans)


La note:  étoiles
J'ai beaucoup aimé...
Je viens de terminer « Le triomphe de la République, 1871-1914 » d’Arnaud-Dominique Houte. C’est un volume qui appartient à l’Histoire de la France Contemporaine sous la direction scientifique de Johann Chapoutot… et ce triomphe n’est pas venu dans l’indifférence ou la facilité…

J’entends bien les discours depuis que je suis les discussions d’adultes : tout allait mieux autrefois ! Tout ! Sans exception ! Pourtant, les débuts de la troisième République n’ont pas été si simples. Tout a commencé par un désastre militaire et une invasion prussienne. L’armée française est balayée et les soldats étrangers se promènent dans Paris. On y voit des Prussiens, des Russes…

C’est alors que la Commune éclate et provoque une sorte de guerre civile dans Paris. Il va y avoir encore des morts et des exécutions car non seulement on se divise mais on va réprimer dans le sang et envoyer des pauvres gens en exil en Algérie, en Nouvelle Calédonie…

Alors, établir un régime dans ces conditions, ce n’est pas simple ! La République ! Mais même les premiers acteurs de cette République n’y croient pas. Certains ne se cachent même pas de magouiller pour établir une restauration monarchique… Heureusement, le Comte de Chambord est si bête qu’il s’obstine à vouloir rétablir le drapeau blanc et la République va finir par s’installer définitivement…

Enfin, définitivement est un mot excessif car plusieurs fois la menace sera forte comme avec le général Boulanger…

Alors, si la République a bien du mal à s’installer dans la stabilité, on doit au moins pouvoir compter sur les grandes valeurs républicaines, vous savez celles dont on parle toujours… Là encore, il faut le dire vite car les premières années sont marquées par des scandales financiers, des trafics d’influence, des ventes de Légion d’honneur, l’Affaire Dreyfus, et encore d’autres scandales financiers, une colonisation qui fait encore réfléchir aujourd’hui, un anti germanisme puissant qui débouche sur un nationalisme fort, une lutte entre laïcistes et cléricaux… et je n’ai même pas le temps de tout lister !

Pourtant, cette période est capitale pour comprendre l’histoire de notre pays. Elle montre la démarche de scolarisation du pays avec ces Hussards de la république qui partent dans tous les villages pour apprendre à tous la lecture, l’écriture, le calcul, l’histoire… C’est aussi l’époque de grandes épopées industrielles avec des hommes qui ont construit des empires techniques, scientifiques, industriels, financiers dont certains ne sont même pas complètement morts aujourd’hui…

L’auteur ne cherche pas à présenter uniquement les grands de cette République et les « prolétaires » sont bien présents, les mineurs comme les ouvriers des usines. Même des ouvrières ! On croise aussi ceux qui se retrouvent sur le bord des routes car dès cette époque il y a bien des personnes exclues de la société, on ne les nomme pas encore SDF mais plutôt vagabonds avant de parler de clochards…

Doucement, de façon progressive, cette société va se rapprocher de la guerre de 14-18, cette Première Guerre mondiale qui va pousser tous ces pauvres gens vers l’abattoir. Ils iront même en chantant persuadés que la victoire allait être au rendez-vous en quelques semaines…

Un excellent ouvrage qui nous montre que cette époque ne fut pas la plus belle et que l’expression « La Belle Époque » n’est certainement pas à prendre au sens propre, certainement pas pour tous les Français qui peuplaient cette République qui se construisait dans la douleur…

Un livre que beaucoup devraient lire avant de parler avec tant d’assurance de la République, des valeurs de cette République… mais qui prend encore le temps de lire ?