Guide des collections du musée Rodin
de Auteur inconnu

critiqué par Veneziano, le 27 mai 2017
(Paris - 40 ans)


La note:  étoiles
Un musée rénové, toujours aussi puissant
Rodin est connu pour la puissance de ses sculptures, la précision de son geste et l'audace de ses compositions. Les nus y tiennent une grande place, comme l'emploi de la terre, en sus du bronze. Parallèlement à son atelier à Meudon, il travaille à l'hôtel Biron, rue de Varenne, longeant le boulevard des Invalides, une partie du jardin étant visible des grilles de l'extérieur, le collège-lycée Victor Duruy ayant constitué la prolongation de cette demeure, avant de devenir un établissement confessionnel catholique d'enseignement de jeunes filles avant d'obtenir son actuel statut en 1912.
Après la rénovation de 2012, celle de 2017 a été l'occasion de refondre la présentation des collections. A un parcours thématique, il en a été substitué un autre, d'ordre chronologique, plus simple d'accès. Une salle est consacrée aux oeuvres de Camille Claudel, comprenant la même puissance que celles de son mentor, ce qui peut faire comprendre une certaine jalousie. La mise en valeur des statues s'avère certaine, la proximité du jardin repose, face à la force qui s'en dégage. Les études de statues sont présentes, ce qui permet de comprendre le processus créatif et l'étendue du travail en amont. Il est remémoré que le Penseur est d'abord une pièce surmontant la Porte de l'enfer, avant de devenir une oeuvre autonome.
D'autres artistes y sont présents, pour montrer les influences réciproques.
Il ne faut pas oublier d'aller visiter le jardin, qui contient ses deux dernières oeuvres, comme les statues d'Adam, d'Eve et celle de Sept bourgeois de Calais. Les rosiers en fleur y sont magnifiques.
Je regrette que le jardin ne soit pas présenté dans ce guide, que des photographies n'en soient pas restituées ni que le parcours ne soit pas plus précisément retracé.

Ce guide reste utile et permet de préparer sa visite, comme de se souvenir de celle pratiquée.