Au pied de la falaise
de ByMöko

critiqué par Shelton, le 24 mai 2017
(Chalon-sur-Saône - 61 ans)


La note:  étoiles
Magnifique et profondément humaine !
Je viens de rencontrer un auteur atypique qui présentait un ouvrage hors norme assez incroyable et, surtout, qui ouvrait la porte sur un univers de création libre dans lequel chacun est invité à apporter sa pierre, s’il le désire…

En effet, ByMöko est blanc, est né et vit en France, n’a jamais été en Afrique et, pourtant, vient de créer pour sa bande dessinée Au pied de la falaise, un village africain avec ses habitants, leur vie et leurs traditions, avec leurs angoisses et leur futur… N’allez surtout pas chercher si nous sommes au Mali, au Niger, au Burkina ou au Cameroun… En fait le village et cette Afrique sortent des fantasmes de l’auteur, des discussions qu’il a eues avec ses amis africains – là pour le coup, il en a eu de nombreux – et de ses expériences de village en France. Car, pour le lui, le village est une entité universelle…

Au pied de la falaise raconte en petits chapitres, en petites tranches de vie, l’apprentissage, l’initiation, le passage du jeune Akou… L’enfant va devenir un grand, un adulte, un homme mais ça prend du temps et il ne peut le faire qu’avec l’aide des autres à commencer par son grand-père… pourtant très vite décédé et dont la disparition semble le premier drame de la vie… Peut-on alors transformer un drame en source de richesse ? C’est un des enjeux de l’ouvrage !

Alors, oui, je vous invite à venir poser votre sac au pied de la falaise et à partager certains moments de la vie de ce village. Parfois, on est dans l’humour car les mots d’enfants sont souvent pleins de sourires. Dans d’autres cas, c’est plus grave car on voit que l’enfant devient adulte et quand on est grand certaines choses deviennent moins drôles… Enfin, le plus souvent c’est tout simplement profondément humain et universel… L’amitié, l’amour, le bonheur, le vivre ensemble, la fratrie… sans oublier la transmission !

Le dessin de ByMöko est absolument adapté au village et cette narration graphique est d’une profondeur, d’un humanisme, d’une poésie incroyables… tout simplement. Pour moi c’est tellement beau que parfois on oublie l’histoire et on se pose sur un rocher pour mieux voir le village, l’entendre vivre et respirer… Finalement, comme ByMöko, on aimerait habiter un tel village, au pied de la falaise…

Je parlais d’un univers complet en construction… ByMöko a invité d’autres artistes à s’emparer du thème… Pas pour des raisons mercantiles – il ne touche pas de droits d’auteurs, de royalties ou autres – simplement pour le plaisir… Il y a déjà un univers musical à découvrir avec Tismé (musique en libre accès sur www.aupiedelafalaise.bandcamp.com), un clip à admirer (sur www.vimeo.com/user64652547) et même un site360°(www.aupieddelafalaise.com)... Mais il y a encore beaucoup de place pour que chacun puisse créer un petit quelque chose dans ce village au pied de la falaise…

C’est une bande dessinée qui parle de la vie, qui parle de l’humanité, de l’enfance, des amis, de l’écologie, de la politique mais sans jamais donner de leçon, sans faire la morale, sans forcer, sans s’imposer, sans force et sans violence, tout en douceur et poésie… C’est beau, c’est bon, c’est doux… On peut lire seul mais on peut aussi accompagner un enfant dans cet univers qui n’est pas du tout réservé aux uns ou aux autres… on y est bien venu de la naissance à la mort… et, ici, la mort n’est pas triste car elle fait partie de la vie…

Au pied de la falaise, ByMöko, dans la collection Noctambule des éditions Soleil… Bon voyage, bonne lecture et à très bientôt !
Authentique Afrique 8 étoiles

Avec cette bande dessinée, ce qui attire l’œil immédiatement, c’est ce graphisme très séduisant, tout en souplesse et en rondeur, étayé par une colorisation chaude aux tonalités tirant sur le marron. Le tout dégage une beauté à la fois sombre et lumineuse, reflétant parfaitement ce vaste continent (l’Afrique) qui fascine et fait peur en même temps, car profondément enraciné dans le culte des ancêtres et des croyances surnaturelles, où la vie est intimement liée à la mort.

Avant tout illustrateur, ByMöko, dont c’est la première bande dessinée, semble avoir mis tout son cœur dans cette œuvre, on le sent par le soin apporté au dessin et ce souci du détail dont chaque case est empreinte. A travers plusieurs récits courts, on suit ce garçonnet dénommé Akou depuis l’enfance, au moment où il vient de perdre son grand-père, jusqu’au début de l’âge adulte, tandis qu’il s’apprête à devenir le chef du village. Une succession d’anecdotes mêlant humour et poésie résume le parcours initiatique de l’enfant, qui se construit grâce aux diverses expériences vécues dans son village.

ByMöko dit avoir écrit ces petites histoires comme s’il avait composé des textes de chansons, car c’est une autre occupation de l’auteur, un peu musicien à ses heures. L’homme se révèle ainsi être un touche-à-tout, curieux de tout, mais surtout de ce continent sur lequel il n’a, chose étonnante, jamais mis les pieds. Car l’Afrique le passionne sincèrement mais il la connaît davantage à travers la communauté africaine de France.

Ce qui est mis en scène par le biais de ces mini-fables, c’est une Afrique idéalisée et intemporelle, peut-être pas forcément réaliste, mais l’auteur, un rien candide, le reconnaît volontiers, il a puisé son inspiration dans les livres qu’il a emmagasinés, fasciné depuis longtemps par ce continent. Pour ce qui est des personnages, il s’est inspiré des amitiés africaines qu’il a nouées au fil des années. Pourtant, si ces histoires se déroulent en Afrique, elles possèdent le caractère universel des fables. Des fables légères qui distillent leur petite musique vibrante d’amour et de bienveillance.

Blue Boy - Saint-Denis - - ans - 29 juillet 2017