Réflexion sur l'accueil et le droit d'asile
de Yves Cusset

critiqué par Cyclo, le 17 mai 2017
(Bordeaux - 71 ans)


La note:  étoiles
une véritable "bombe"
Enfin un livre qui nous dit autre chose que la malheureuse phrase de Michel Rocard en 1990 : « Nous ne pouvons pas héberger toute la misère du monde ». Phrase que personnellement je n’ai jamais pu accepter, surtout venant d’un responsable politique se disant "de gauche" et de formation "protestante", qui ajoutait aussitôt après, aggravant son cas : « Il faut savoir qu’en 1988 nous avons refoulé à nos frontières 66 000 personnes. 66 000 personnes refoulées aux frontières ! À quoi s’ajoutent une dizaine de milliers d’expulsions du territoire national. Et je m’attends à ce que pour l’année 1989 les chiffres soient un peu plus forts.» J’ai compris à ce moment-là qu’on ne pourrait jamais faire confiance à nos dirigeants, quand ils parlent comme le FHaine !

Heureusement, il y a des gens qui pensent la fraternité, l’accueil, le droit d’asile (de ce point de vue, on a reculé depuis le Moyen âge, et depuis notre grande Révolution, où un Thomas Paine pouvait être déclaré citoyen français, et être élu à la Convention en 1792). Imagine-t-on cela aujourd’hui ? Donner la citoyenneté à un étranger et l’élire à une assemblée nationale ? Eh bien oui, tout cela reste possible, nous dit Yves Cusset dans son livre magnifique "Réflexion sur l’accueil et le droit d’asile" qui, j’espère (mais j’en doute, car les lecteurs sont, hélas, plus attirés par les Musso et autres Lévy, et les bibliothécaires modernes vont plus au devant des désirs du public que des propositions à lui faire : bienheureuse bibliothèque de quartier où j’ai trouvé ce livre !), se trouve dans toutes les bibliothèques publiques et universitaires

C’est un livre épatant, comme disait Jean Dutourd (un réac notoire pourtant, mais l’adjectif convient tellement bien au livre fini) qui essaie de définir ce que pourrait être la fraternité, au-delà de nos peurs, certes légitimes. C’est en tout cas un livre démocratique (à mettre juste à côté du beau livre de Jean-Luc Mélenchon "De la vertu") : oui, la démocratie, ce n’est seulement élire tous les cinq ans un pantin à l’Élysée et d'autres au Palais-Bourbon, mais c’est d’abord comprendre quels sont les liens qui nous unissent et de se battre contre les liens qui nous séparent. C’est quand même bien pour ça qu’on a voté contre Le Pen, bordel ! Ici, Yves Cusset nous propose des mots pour comprendre le monde, qui sont les migrants, et comment on "peut" et surtout on "doit" les aider, et comment le politique devrait s’y mettre aussi, sans laisser tout le soin aux bénévoles ! Qui en plus, sont poursuivis pour délit de solidarité !!! Alors qu'ils ne font que leur devoir d'êtres humains.

D’abord, rappelle Yves Cusset, la première chose, fondement de l’inclusion (j’aime ce mot, alors qu’intégration, qu’Yves Cusset critique fortement, a une connotation négative) dans notre société, c’est la capacité à parler, et donc à apprendre notre langue pour pouvoir se comprendre. Pourquoi les migrants de Calais veulent aller en Angleterre ? Parce qu’ils parlent ou baragouinent l’anglais, et pas le français ! Le fondement à l’inclusion dans notre communauté de citoyens, c’est le partage de la langue. Je suis frappé dans mon quartier de voir que des migrants, présents ici depuis trente ou quarante ans, ne parlent toujours pas français, surtout les femmes ! Si donc l’on veut s’unir, et ça me semble indispensable, l’accueil passe par la langue, tout autant que par le logement et le travail. « Ils vont prendre nos emplois ! », antienne bien connue des militants du F Haine. C’est vrai, ma femme de ménage est d’origine tunisienne, celle de mes cousins de Paris portugaise, etc. Ce n’est pas de notre faute si les Français rechignent à ces emplois clairement sous-payés.

Quelques extraits de ce livre, vrai fondement de la fraternité :


"Quand on sait simplement que là où il y a le plus de mixité sociale, de diversité culturelle et surtout de possibilités d’échange et de décloisonnement des appartenances (et pas simplement moins de chômage, comme voudraient le laisser penser certains politologues), il y a aussi le moins de votes pour l’extrême droite, on voit déjà dans quel sens peut se dessiner l’horizon d’une société inclusive".

"L’intégration exige qu’on quitte une certaine place, l’inclusion, elle, fait de la place. Inclure est le geste de sollicitude par lequel on crée pour celui qui arrive la place qui lui manque. Geste qui n’est pas séparable du mouvement originaire d’accueil par lequel on refuse de considérer l’étranger comme un intrus ou un envahisseur".

"Car la civilité, en supposant qu’on puisse se rapporter à l’autre sans le réduire à son identité, implique aussi de penser l’espace de la vie commune comme un espace inclusif. Une politique de l’accueil se situe sous le régime de l’inclusion, au lieu d’imposer la norme de l’intégration".

"Un monde où l’on est poli avec certains pour être d’autant plus insultant, grossier ou violent avec d’autres est bien entendu un monde où la politesse n’est plus qu’un mot vide et où la civilisation régresse : là où la police n’est polie qu’avec les puissants, les puissants qu’avec leurs pairs, les adultes qu’avec les adultes, les citoyens qu’avec leurs compatriotes"...

"La crise des migrants est l’illustration flagrante de cet échec de l’Europe à instituer de nouvelles formes, démocratiques, post-nationales et post-étatiques, de vie commune".

[L’Europe] "aurait pu être le lieu d’un désapprentissage de la nation, comme du lien de la citoyenneté avec la naissance ou la filiation, un laboratoire d’expérimentation du droit d’asile, plus encore du droit de l’autre homme, capable de faire du réfugié une norme inédite du citoyen, en accordant la citoyenneté à tous ceux qui sont privés du sol d’une nation, et pour le seul motif de cette privation même".

"Car tous les exils ne se valent pas : ceux qui veulent trouver quelque part où aller ne sont pas ceux qui veulent pouvoir aller n’importe où".

"La fraternité n’est pas de l’ordre de la compassion, mais elle procède plutôt du choc (appelons-le indignation, si l’on veut) qu’il y a à voir le droit dont on jouit refusé à l’autre". [C’est l’argument que je proposais aux opposants au mariage pour tous]

"accueillir, c’est dispenser l’appartenance, c’est d’emblée permettre à quelqu’un de prendre pleinement part à la communauté, c’est rendre commun, là où l’admission maintient de l’intérieur une frontière entre autochtones et résidents étrangers".

"il faudra qu’on puisse aussi penser des droits qui ne sont pas clos sur eux-mêmes, des droits qu’on ne saurait posséder comme titulaires de plein droit, que l’humanité de l’autre homme puisse primer sur mon droit subjectif et se dissocier de l’égoïsme juridique qui fonde le libéralisme. Droits, non pas de l’individu, ou même de l’homme, mais droits de l’autre".

"Les autres hommes ont un visage, mais autrui est visage, et la relation à autrui s’ouvre en faisant accueil au visage".

"Aujourd’hui la question de l’effectivité des droits de l’homme n’est plus séparable d’une lutte politique pour le droit de cité de tous ceux que l’émigration, l’exil, l’apatridie, peuvent priver soudainement de la jouissance de tout droit, ou tout le moins de droits égaux à ceux dont jouissent ceux qui ont le privilège d’être déjà là".

Je vous le dis, un livre formidable ! Qui mériterait six étoiles !!!