Sophocle
de Éric-Emmanuel Schmitt

critiqué par Jules, le 26 avril 2004
(Bruxelles - 76 ans)


La note:  étoiles
Un brillant éclairage de l'oeuvre de Sophocle
Nombreux sont ceux ici qui connaissent mon attachement à la tragédie grecque ainsi qu’à sa mythologie. Aussi, n’ai-je pas résisté longtemps à acheter ce petit livre. Bien m’en a pris !…
Son titre complet (qui n’apparaît pas sur amazon) est « Sophocle ou les larmes de la philosophie » Il s’agit de la reproduction d’une conférence donnée par Eric-Emmanuel Schmitt aux « Midis de la poésie »

Ce texte est vraiment très court et vous en donner un résumé reviendrait à vous en dévoiler trop.

Eric-Emmanuel Schmitt constate tout d’abord que 2500 ans après avoir écrit ses textes, Sophocle est toujours bien présent parmi nous. Il fait partie de nous et de notre culture. Et que nous connaissions parfaitement les sujets de ses œuvres, ainsi que leurs personnages, ne nous empêche en rien de continuer à nous intéresser à ses pièces !

Qu’est ce qui explique cela, selon lui ? Il va nous le faire comprendre très clairement.

En un court résumé, Sophocle, à la différence de la philosophie qui tente d’apporter des systèmes, des explications et des solutions, nous laisse à nos contradictions. Chez lui, le Bien lutte contre le Bien. La contradiction est en nous et nous n’y échapperons pas ! Œdipe fait tout pour faire le bien et il fait le mal. Créon se sacrifie tout autant qu’Antigone en remplissant son rôle et aucun des deux n’a tort. Et cela, parce que le monde est tragique !

« Si Sophocle se révèle notre contemporain, c’est sans doute parce que Sophocle nous fait partager ses questions plus que ses réponses, son désarroi plus que ses principes, son émoi plus qu’une doctrine. Comme beaucoup d’hommes aujourd’hui, Sophocle a fait tellement de deuils ! »

A commencer par celui de la « prétention philosophique » qu’il exprime par les larmes de la tragédie. Et Schmitt de conclure « Sophocle, ou les larmes de la philosophie »

Lisez ce petit livre ! Il en vaut vraiment la peine !