Le tour du monde du roi Zibeline
de Jean-Christophe Rufin

critiqué par Tanneguy, le 6 mai 2017
(Paris - 79 ans)


La note:  étoiles
Extraordinaire mais authentique
Le roman débute dans la résidence de Benjamin Franklin que deux inconnus viennent solliciter : Auguste Benjowski et son épouse Aphanasie implorent son aide pour protéger Madagascar des appétits du royaume français finissant. Auguste a en effet été reconnu roi de ce territoire sous le nom de Zibeline (!) et y a rétabli la paix entre des tribus ou peuples très agités. Ce hobereau polonais et hongrois avait atterri chez les Malgaches au terme d'un périple fantastique qu'il va conter en détail à un Benjamin Franklin vieillissant mais attentif et bienveillant ; Rufin montre une fois de plus ses grands talents de conteur !

L'histoire est authentique, on peut se référer aux indications fournies par l'auteur à la fin de l'ouvrage ainsi qu'aux cartes détaillées bien utiles pour le lecteur qui, comme moi, ignorait tout de cette page d'histoire de France oubliée (après 1789, il y avait d'autres sujets à traiter !). La fin du XVIIIème siècle a vu de nombreuses explorations de nouveaux (pour les Occidentaux...) territoires : Cook, Bougainville, Kerguelen, La Pérouse... Jean-Christophe Rufin y fait souvent allusion pour notre plus grand plaisir mais il ne manque pas de nous livrer ses propres réflexions sur des sujets qui lui tiennent à cœur : les Lumières, les peuples dits sauvages, l'asservissement des individus par l'absolutisme, mais également les mystères de l'Amour...

Passionnant, et, comme toujours, très bien écrit !
D'après une histoire vraie 10 étoiles

Il est très difficile voire impossible de résumer les 365 pages des aventures d’Auguste et Aphanasie Benjowski tant celles ci sont denses ; le récit de leurs périples, celui de leur enfance, les découvertes, les blessures, maladies, complots, trahisons, font de ce livre formidablement raconté un voyage extraordinaire.
Mais il est aussi l’occasion de réflexions passionnantes sur la colonisation par exemple ; sujet sur lequel quelques rares personnes remettent en doute le bien fondé  : "nous sommes venus, et ils ont changé à notre contact, pour le meilleur ou pour le pire, c’est ce que l’avenir dira. Le problème aujourd’hui est de savoir si l’issue de cette rencontre de peuples de civilisations différentes, il y a encore de la place pour le respect et la liberté ou si tout doit nécessairement se terminer, comme le veulent les Français et les autres nations d’Europe, par la conquête et la domination. Voilà la seule question qui mérite d’être débattue."

Ou sur la place des femmes où là aussi quelques voix, dont celles d’Anaphasie et de son amie, s’élèvent pour protester contre leur soumission.
Une plongée intéressante dans les us et coutumes de la France (et bien d’autres pays), au 18° siècle, mais cela reste avant tout un roman d’histoire et d’aventures, instructif et passionnant, à l’écriture toujours aussi fluide et recherchée.
Les cartes à la fin du livre sont bienvenues, je regrette juste qu’il n’y ait pas eu celle de l’île de Madagascar.

Le talent de M. Rufin m‘a rappelé celui de Jean-Marie Blas de Roblès, et certains lecteurs amateurs de ce dernier devraient y retrouver le même plaisir ; plaisir du voyage, de se laisser embarquer sans temps mort dans une incroyable épopée très justement et judicieusement racontée à tour de rôle par chacun des protagonistes.
Dixième livre de cet auteur que j’affectionne particulièrement, c’est à mon sens, l’un des plus réussi.

Marvic - Normandie - 60 ans - 20 août 2018


Non merci 2 étoiles

Le roi Zibeline démarre bien. Je me dis « ouf, Rufin abandonne le politiquement correct des camions qui vont sauver le monde de « Check Point » et retrouve les sensations de « Rouge Brésil ». Après tout Rufin est un conteur, un histrion qui fait des mots avec du vent.
Et ça commence bien, le vilain Tsar qui « sibérise » tout qui pense autrement, et ce pauvre Gustave, enchaîné qui part pour son exil dans les terres gelées.
Hélas, l’histoire s’embrouille et sombre vite dans l’incohérent.

Dans les foires du livre, les stands Gallimard sont souvent les plus fournis, ils présentent avec des surfaces dédoublées, abondance de titres, d’auteurs avec un logo unique qui fait penser à une armée en bon ordre. Mais je remarque de plus en plus souvent que la qualité y est absente au profit de la quantité.
Le tour du monde du roi Zibeline n’échappe pas à cette constatation !

Monocle - tournai - 58 ans - 20 avril 2018


Duo d'élégance 10 étoiles

Un merveilleux cocktail d'élégance de style et de souffle épique entoure les tribulations de ce personnage réel et magnétique, l'explorateur Auguste Benjowski qui au XVIIIe siècle publia des mémoires de ses voyages extraordinaires et dont de nombreux pays de L'Est s'arrachent la paternité.

L'histoire véridique est doublée d'une histoire romanesque palpitante du couple mythique d'Auguste et Aphanasie, engagé contre vents et marées dans la défense des idées du siècle des Lumières et se fait l’interprète d'un plaidoyer féministe enthousiasmant. Le livre, imprégné des idées des Encyclopédistes, Diderot et d'Alembert et des penseurs Jean-Jacques Rousseau et Voltaire, dénonce l’insatiable appât du gain, l'hypocrisie du pouvoir, la tyrannie, l'esclavagisme et le colonialisme. Belle élégance morale!

Leur odyssée fantastique les mène de Sibérie au Kamtchatka, passe par la Chine, le Japon, Macao, la France et Madagascar, en affrontant mille et un dangers, trahisons et aventures rocambolesques et les fait se retrouver à conter à Benjamin Franklin en 1776, leur histoire passionnante au nom de la défense de la liberté! Chacun à leur tour, ils partagent leur point de vue sur leur vécu héroïque. Le lecteur reste irrésistiblement à l'écoute de ces deux voix si complémentaires!

La fresque historique passionnante nous fait vivre un tour du monde extraordinaire pour l'époque, tant pour les lieux géographiques explorés que pour les diversités des cultures rencontrées, et nous permet de rêver qu'un jour des philosophes, prônant les idées de liberté et de respect de l'autre, puissent, pour le plus grand bien des citoyens, se retrouver au pouvoir!

Deashelle - Tervuren - 9 ans - 12 septembre 2017