Fortune de France, tome 9 : Les Roses de la vie
de Robert Merle

critiqué par Elko, le 21 avril 2017
(Niort - 41 ans)


La note:  étoiles
«A'steure, je suis roi.»
Après l'éviction de sa mère et de son Conseil de régence, Louis XIII a enfin les mains libres pour régner. Mais déjà de nombreuses difficultés s'annoncent dans les débuts délicats avec sa femme Anne d'Autriche, l'opposition larvée des Grands et de Marie de Médicis, l'incompétence des ministres et la rébellion de certaines régions huguenotes. Et cela sans compter les tensions au sein des états allemands, prémisses de la guerre de Trente Ans, pour laquelle il faudra bien prendre position.

Dans ce contexte tumultueux Pierre-Emmanuel de Siorac assiste plus qu'il ne participe aux événements, n'ayant au mieux qu'un rôle d'intermédiaire. Il gravit malgré tout les échelons, approchant le Conseil du roi et gagnant un titre de noblesse. Son effacement relatif ne diminue en rien l'intérêt du roman tant la situation est passionnante et toujours aussi habilement restituée. Et la gestion de son domaine nouvellement acquis nous replonge dans la France du plat pays de l'époque parmi les manants et les seigneurs.

Aussi enthousiaste à entreprendre un nouvel épisode de Fortune de France qu'impatient d'attendre le suivant, j'en suis déjà à appréhender la fin du feuilleton qui ne s'annonce pourtant que dans quelques tomes. Addiction quand tu nous tiens...